Default profile photo

22 Août 2019 | 21, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique Israël

Un terroriste arrêté pour récidive

Zakaria Zubeidi (Flash90.)

Zakaria Zubeidi, ancien leader de la branche armée du Fatah à Djénine, a commis récemment plusieurs attentats, malgré l'accord d'amnistie conclu en 2007 avec les Israéliens.

Le Shabak a annoncé le 20 mai que l'ancien chef terroriste Zekaria Zubeidi serait prochainement jugé pour plusieurs attentats commis près de Ramallah, ainsi que pour les actes de terrorisme perpétrés pendant la seconde Intifada, pour lesquels il avait été amnistié en 2007. 

Au début des années 2000, Zubeidi avait servi à la tête de la branche militaire du Fatah, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, dans la région de Djénine. Il aurait notamment été, à cette époque, l’un des architectes de plusieurs attaques terroristes.

En 2007, Zubeidi et plusieurs autres terroristes avaient signé avec Israël un accord  qui amnistiait leurs crimes à condition qu'ils « abandonnent toute activité violente et illégale et quittent les réseaux terroristes dont ils faisaient partie ».  


« Violation des accords »

Le terroriste prétendument repenti a été arrêté en février 2019 par le Shabak à la suite de plusieurs attentats contre des autobus israéliens, commis près de Beit El, avec son ami, l’avocat arabe israélien Tarek Barghout. Ces attaques avaient fait trois blessés et d'autres étaient en préparation.  

La participation de Zubeidi à ces attaques représente, selon le Shabak, une « violation claire et violente des accords conclus » et remet en cause l’accord d’amnistie. « C'est pourquoi, poursuit le service de sécurité, Zubeidi sera traduit devant la justice pour toutes les activités terroristes dans lesquelles il a été impliqué : celles qui ont été découvertes récemment et celles commises dans le passé ». 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory