Default profile photo

17 Septembre 2019 | 17, Elul 5779 | Mise à jour le 16/09/2019 à 13h07

Rubrique Judaïsme

Parachath Kédochim 2019 : Une sainteté humanisée

Les idées de séparation et de proximité peuvent-elles coexister au sein d’une même paracha ? Non, nous inciterait à dire la logique sociale la plus élémentaire. Mais c’est ignorer la profondeur de la sagesse divine capable de concilier les contraires…pour le bonheur des hommes.

Parmi tous les concepts essentiels du judaïsme, la sainteté (Kédoucha) occupe une place de choix dans la vie juive. Pour tous les grands commentateurs du texte biblique, elle implique l’idée de séparation de tout acte qui s’apparente au monde profane. Mais l’injonction d’être saints (Kédochim) qui introduit notre paracha, pose, dans le même temps, une forte contradiction puisque Kédochim constitue la seule paracha de toute la Thora qui mettra en avant un nombre important de commandements relatifs au respect du prochain, comme l’interdit de la médisance, de la vengeance, de la rancune, le respect des parents ou de la personne âgée, etc. En nous enseignant cette paracha, D.ieu a réuni deux concepts diamétralement opposés : la séparation pour la sainteté et la proximité (avec notre prochain). Comment devons-nous comprendre cette dualité ?


Se contenter de peu

La notion de sainteté se comprend sur deux registres : dans un premier temps, être saint signifie prendre ses distances avec les interdits de la Thora relatifs aux relations intimes. C’est la signification immédiate du commentaire de Rachi au début de notre paracha. Mais celui qui souhaite s’élever dans la sainteté doit viser un palier supplémentaire : dans le monde matériel, il existe de nombreux gestes et actions qui relèvent du profane qui sont permis et qui ne sont ni bons ni mauvais. Là aussi, pour gravir des échelons dans la sainteté, il faudra s’en écarter car la qualité de notre spiritualité dépend de la réduction de la place que l’on accorde à la matérialité. L’exemple le plus commun que l’on puisse donner est celui de la nourriture. Ainsi un homme qui cherchera à se sanctifier contrôlera son alimentation même si elle est permise, pour se contenter de peu et ne manger que le strict minimum dont il a besoin. La distance qu’il aura créée avec le monde matériel lui permettra alors de s’élever encore plus haut.


L’unité antérieure

Il nous est possible à présent de comprendre pourquoi un nombre important de commandements mettant en valeur le respect du prochain sont enseignés dans la paracha de la sainteté : plus on s’éloigne de la matérialité et des plaisirs du monde, plus on est en mesure d’aimer véritablement son prochain. Expliquons-nous. A l’origine, les âmes du peuple juif ne constituent qu’une seule entité, une âme collective qui ne connaît pas la division. En quittant les mondes spirituels pour venir sur terre, cette âme se morcelle en millions d’âmes revêtues dans des corps qui vont constituer une barrière physique entre chaque Juif. Et c’est là qu’un défi prodigieux intervient : aimer un autre Juif, c’est ne voir que la dimension spirituelle qui se cache derrière le corps, c'est-à-dire rechercher l’unité originelle sans tenir compte des différences physiques qui voilent l’âme, c'est-à-dire la partie commune que j’ai avec un autre Juif. C’est pourquoi, on fera tout pour se rapprocher d’un autre Juif, afin de former de nouveau avec lui l’unité antérieure. Et l’on comprend pourquoi la sainteté est mentionnée ici : c’est le moyen qui permet l’amour du prochain. Comme on peut le constater tous les jours, c’est la possession qui génère les conflits entre les hommes. Le moindre objet matériel que l’on possède ou la place qu’on occupe sont des sources de conflits. En se détachant de la matérialité (par le désir de sainteté), on réduit son impact au cœur de nos relations qui deviendront plus apaisées et plus chaleureuses. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory