Default profile photo

24 Août 2019 | 23, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique Communauté

Disparition : Alexandra Leyris

Nous avions été quelques-uns à lui rendre visite shabbat dernier 1er juin. Puis elle a attendu notre départ pour s’en aller avec discrétion et classe.

Elle, c’était Alexandra Leyris, qu’on aimait tous, qui était tellement dans notre vie qu’on était incapable de savoir quand et où nous l’avions rencontrée pour la première fois.

Alexandra faisait partie de ces gens engagés qui ne cherchaient pas les titres ni les premières places dans les manifestations. Mais elle était la première pour aimer les gens, les écouter, leur venir en aide. Avec toujours le sourire aux lèvres et l’enthousiasme qui servait de boussole à tous ceux qui l’approchaient.

Certes, on savait qu’elle était la petite-fille du Cheikh Raymond Leyris et la nièce d’Enrico Macias. Mais elle faisait partie de ceux qui n’avaient pas besoin de revendiquer un héritage quelconque pour agir. Alex s’était particulièrement attachée à transmettre l’histoire, et en particulier celle de la Shoah, que ce soit par les expositions qu’elle avait organisées à la mairie de Saint-Mandé où elle travaillait comme archiviste ou dans la presse juive et les réseaux sociaux et bien sûr dans les organisations où elle militait.

Dès l’annonce de la disparition d’Alexandra, par centaines, ses amis se sont manifestés sur Facebook et nous étions une foule à l’accompagner lundi au cimetière de Saint-Mandé.

Car Alexandra avait des amis à n’en plus finir, qui l’aimaient pour sa force de conviction, mais surtout pour sa bienveillance.  En cette veille de Shavouot où les Juifs célèbrent le don de la Torah, ce commandement « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » résonne dans nos coeurs car nous l’identifions à Alexandra qui sans aucun doute, nous encourage à suivre ce message qui l’a guidée tout au long de sa vie.

Dimanche 2 juin, Alexandra aurait dû fêter ses 42 ans. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory