Default profile photo

23 Septembre 2019 | 23, Elul 5779 | Mise à jour le 23/09/2019 à 15h27

Rubrique Culture/Télé

Madame Sarfati aurait eu 120 ans

Il y a 20 ans, 20 ans déjà, nous quittait Elie Kakou.

Issu d’une famille juive tunisienne de Marseille, Elie, de son vrai nom Alain Kakou, a illuminé par son humour des générations d’enfants et d’adolescents devenus orphelins de lui à l’âge adulte. Celui qui occupa le haut de l’affiche seulement quelques années (1992-1999) restera à jamais dans les mémoires, avec ses personnages inoubliables de drôleries et de «  finesse ». Mémé Sarfati, cet hommage à toutes les grands-mères, et Fortunée, son immariable de fille, se sentent bien seules depuis son départ. Parmi tous les jeunes, les élèves, fans de Elie Kakou, combien n’ont pas rêvé d’avoir son professeur-curé « le premier que j’attrape en train de chuchoter, papoter bavarder,….) » ? 

Il avait su réconcilier les élèves avec la géographie dans son fameux sketch « Les professeurs » et les Français avec l’humour interculturel. Chez lui, tous les personnages étaient juifs, arabes, et sans jamais tomber ni dans la caricature, ni dans le communautarisme, ils les aimaient tous comme ses propres enfants.

Auteur, comédien, Rafi Stylmod dans  « La vérité si je mens », l’humoriste fut l’inspirateur de très nombreux comiques actuels qui lui doivent beaucoup et lui ont rendu un hommage    récemment au Cirque d’hiver. Gad Elmaleh, Ari Abittan, Manu Payet ,… ont rendu heureuse Mémé Sarfati car toute la famille d’Elie Kakou était réunie. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory