Default profile photo

23 Septembre 2019 | 23, Elul 5779 | Mise à jour le 23/09/2019 à 15h27

Rubrique France/Politique

Maître Gilles-William Goldnadel : « Tout peut arriver, y compris le pire, la déresponsabilisation pénale de Traoré »

(DR)

Le Parquet de Paris a requis, lundi 17 juin, le renvoi aux assises de Kobili Traoré pour le meurtre à caractère antisémite de Sarah Halimi perpétré en avril 2017. Analyse avec l’avocat de la sœur de la victime.

Actualité juive : La réquisition du Parquet de Paris permet semble-t-il à la Justice de revenir dans un chemin logique alors que le traitement juridique de l’affaire Sarah Halimi prenait une évolution inquiétante…

Maître Goldnadel : Le Parquet n’avait jamais vraiment quitté le bon chemin. Il n’a pas fallu déployer beaucoup d’efforts pour le convaincre que K. Traoré avait agi pour des motifs antisémites.

Ce qui étonne, réjouit, ou du moins apaise, c’est la différence de vision entre le Parquet et l’instruction. Ainsi le premier a-t-il dû insister pour que le magistrat instructeur se décide à donner son opinion sur le supplétif en ce qui concernait l’antisémitisme. 

La position du parquet ne m’a pas autrement étonné. Elle m’a plutôt rassuré. Se réjouir de ce qui n’est finalement que la norme en dit toutefois long sur l’état de certaines instructions. 


A.J.: Cela en dit-il également long sur la frilosité de la Justice française à se positionner sur certaines affaires où il est question d’antisémitisme ? 

M.G. : D’une manière générale, il semble y avoir une certaine prise de conscience. L’affaire Halimi est le mauvais exemple et l’affaire Knoll en est le bon. Ainsi celle-ci est menée normalement, à charge et à décharge, avec des magistrats instructeurs qui font leur métier en temps voulu. Dans l’affaire Halimi, nous ne demandons pas à être traités mieux que les autres sous prétexte qu’il s’agirait d’affaires particulières mais uniquement à être jugés normalement.


A.J.: L’assassin présumé peut-il encore échapper à son procès ? 

M.G. : Tout est encore possible et je ne crie certainement pas victoire. On peut craindre un entêtement de la part du magistrat-instructeur, auquel cas la cour d’appel devra trancher. Tout peut arriver y compris le pire  qui serait la déresponsabilisation pénale de K. Traoré. Puis, qu’il sorte quelque temps plus tard de l’établissement psychiatrique où un médecin finirait par le trouver normal, ce qui ne m’étonnerait absolument pas. Et, pourquoi pas, qu’il repasse à l’acte ensuite…


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory