Default profile photo

10 Décembre 2019 | 12, Kislev 5780 | Mise à jour le 04/12/2019 à 18h11

Rubrique Israël

Banque mondiale : Un accord inédit

(DR)

Israël s'impose une fois de plus sur la scène internationale. Cette fois en scellant un accord inédit avec la Banque Mondiale dans le domaine de la Cybersécurité. Un domaine dans lequel l'Etat hébreu excelle et dont il est le leader international incontesté.

Le programme « Lutte contre la Cybercriminalité » a été lancé par la Banque Mondiale en 2014. Objectif : aider les économies émergentes à s'armer et à agir contre les cybermenaces. Un programme international qu'Israël, leader mondial de la cyberguerre, s'apprête donc à rejoindre auprès du Japon, du Royaume-Uni, de la Finlande, du Danemark et de la Norvège mais aussi de l'organisation GSM qui regroupe plus de 750 opérateurs de téléphonie mobile dans le monde. L'Etat hébreu versera 1 million de dollars au fonds et fournira une assistance technique à l’Asie, l’Afrique, l’Amérique latine et l’Europe de l’Est, destinée à les aider à relever les défis de la cybercriminalité. 

Il faut dire qu'Israël a été le premier pays à mesurer les risques de la cyberguerre car il doit faire face à des manœuvres permanentes qui menacent son existence et se doit d'être vigilant sur tous les fronts, même sur celui du virtuel. La valeur de son industrie de cybersécurité s'élève à 82 milliards de dollars. Plus de 300 start-up en Israël s'y consacrent et dans le top 10 des plus importantes sociétés du secteur, on trouve 2 israéliennes : CheckPoint et CyberArk.

Un domaine décrété priorité nationale par le gouvernement en 2010 qui y injecte alors 23 millions de dollars. Cet accord avec la Banque Mondiale va non seulement permettre à Israël d'aider les pays en voie de développement à lutter contre les cybermenaces mais aussi de promouvoir ses intérêts en matière d'image et d'économie sur la scène internationale. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory