Default profile photo

20 Juillet 2019 | 17, Tammuz 5779 | Mise à jour le 17/07/2019 à 18h17

Rubrique Moyen-Orient/Monde

USA-Iran : Chronique d'une escalade annoncée

C'est le 8 mai 2018 que Donald Trump annonce que son pays se retire du JCPOA sur le nucléaire iranien, conclu en 2015 avec Téhéran par les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité - USA, Russie, Grande-Bretagne, Chine, France – ainsi que l'Allemagne et l'UE.

Le président américain rétablit alors les sanctions économiques contre l'Iran, et donne aux entreprises étrangères un maximum de six mois pour cesser toute transaction avec l'Iran. Téhéran se tourne alors vers les autres signataires, qui tous assurent qu'ils tiennent à préserver l'accord.

Washington détaille alors les 12 conditions qu'il pose pour un nouvel accord avec l'Iran. Objectif : lui retirer toute possibilité d'acquérir la capacité nucléaire militaire à l'expiration de l'accord, et bloquer son programme de missiles balistiques. 

En août 2018 entre en vigueur la première vague de sanctions américaines qui touchent les transactions financières, l'aviation commerciale et l'importation de matières premières. De grands groupes européens commencent à quitter l'Iran. Deuxième salve de sanctions en novembre, qui touchent cette fois le pétrole.

En janvier, les Européens annoncent la mise en place d'un mécanisme de troc, qui devrait permettre de poursuivre les transactions avec l'Iran en contournant les sanctions américaines. Mais il n'a toujours pas été activé.

Début avril, les Etats-Unis décrètent les Gardiens de la Révolution iraniens « organisation terroriste ». Réponse immédiate de Téhéran : les forces américaines déployées au Proche-Orient sont considérées comme des « groupes terroristes ».

Le 22 avril, le président Trump annonce qu'il annule les exonérations qu'il avait accordées à huit pays qui pouvaient continuer à se fournir en pétrole iranien. 

Le 8 mai, l'Iran pose un ultimatum aux signataires de l'Accord de Vienne : ils ont 60 jours pour l'aider à neutraliser les sanctions américaines, faute de quoi, il rompra deux premiers engagements, les plafonds sur sa production d'uranium enrichi et d'eau lourde. Le chef de la Maison Blanche ordonne aussitôt des sanctions supplémentaires. Des renforts militaires américains sont également déployés dans la région du Golfe pour préserver les intérêts américains et alliés « d'attaques imminentes ».

Le 12 mai, quatre navires, dont trois tankers, sont victimes de sabotages. Les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite accusent l'Iran. Le 13 juin, deux autres pétroliers sont attaqués en mer d'Oman.

Le 17 juin, l'Organisation Iranienne à l'Energie Atomique annonce que les réserves d'uranium enrichi auront dépassé dès le 27 juin, le plafond fixé par l'accord international.

Le 20 juin, un drone militaire américain est abattu au-dessus du détroit d'Ormuz. L'Iran affirme qu'il avait violé son espace aérien. Washington dément.

Le 21 juin, le président des Etats-Unis annonce qu'il a renoncé à la dernière minute à la riposte militaire qu'il avait approuvée contre l'Iran, au motif qu'elle aurait été « disproportionnée », mais promet une autre vague de sanctions. La presse américaine fait par ailleurs état de cyberattaques américaines qui auraient visé des lanceurs de missiles iraniens. Donald Trump assure aussi qu'il est disposé à reprendre les pourparlers avec les Iraniens, mais avertit également qu'il ne renoncera pas à lâcher sur l'Iran la  « force d'anéantissement » de l'Amérique.

Une année de sanctions américaines a encore affaibli l'économie iranienne, sans pour autant parvenir à faire plier le régime de Téhéran, qui continue à tester les limites de Washington. Tandis que les autres puissances espèrent toujours trouver une issue diplomatique à la crise. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory