Default profile photo

18 Juillet 2019 | 15, Tammuz 5779 | Mise à jour le 17/07/2019 à 18h17

Rubrique Israël

Gaza : Cinq ans plus tard

5 juillet 2019. Malgré la trève, les Palestiniens n’arrêtent pas leurs attaques contre les forces de sécurité israélienne. (flash90.)

Cinq ans après l'opération Bordure Protectrice, le front de Gaza reste volatile. Israël oscille entre trêve et préparation à une confrontation inévitable avec le Hamas.

Juillet 2014 : l'escalade des tirs de roquettes de Gaza, quelques jours après la découverte des corps des trois adolescents israéliens assassinés en Judée, entraîne le pays dans une guerre de 51 jours contre le Hamas. Juillet 2019 : Israël, par la médiation de l'Egypte, de l'Onu et du Qatar, maintient tant bien que mal une trêve avec le Hamas, qui laisse pourtant le pourtour de Gaza exposé aux ballons incendiaires et à la menace de nouveaux tirs de roquettes. Et Tsahal vient de découvrir un tunnel terroriste au sud de la frontière. Le Premier ministre israélien s'est rendu dans la région au début du mois pour y tenir son cabinet restreint de sécurité et rencontrer les élus locaux du sud. « Nous voulons consolider la trêve, mais dans le même temps, nous nous tenons prêts à une opération militaire d'envergure. Ce sont les consignes que nous avons fixées à Tsahal », affirmait Binyamin Netanyahou.

Mais les assurances du chef du gouvernement n'ont pas suffi aux représentants des localités frontalières de Gaza. Ils reprochent au Premier ministre de les avoir convoqués avec l'ensemble des élus de la région, alors qu'ils attendaient un ordre du jour consacré à leurs problèmes spécifiques. Si la résilience des habitants du pourtour de Gaza est reconnue, cela ne les empêche pas de vivre au quotidien une situation impossible. Ils ont le sentiment d'être incompris, voire invisibles du reste du pays et de ses dirigeants. Même si le ministère des Affaires étrangères a mis en place une antenne de communication dédiée à faire connaitre à l'extérieur leur réalité au jour le jour, les frontaliers de Gaza attendent toujours des mesures concrètes et une politique claire, tant à leur égard que vis-à-vis du Hamas.

Le dernier week-end a encore été marqué par des affrontements sur la barrière de sécurité, où quelque 5 000 Palestiniens ont répondu à l'appel hebdomadaire du Hamas.  Le nombre des incendies est en recul, mais la vigilance reste de mise face aux ballons piégés des terroristes, qui tentent même d'inciter les enfants israéliens à les attraper. Pourtant, le Hamas semble intéressé à consolider la trêve avec Israël, du moins tant qu'il peut en tirer avantage. Les dollars du Qatar et les allègements israéliens du bouclage ont redonné un peu d'oxygène à l'économie du territoire côtier, qui a même enregistré une légère baisse de son taux de chômage. 

Mais on est loin d'un revirement de fond. Le Shin-Beth a récemment révélé avoir enrayé un plan terroriste du Hamas. Un de ses membres avait été muni d'un visa humanitaire pour entrer en Israël et établir un laboratoire de fabrication de bombes en Judée Samarie. Et il faut encore prendre en compte le Jihad islamique. L'organisation terroriste pro-iranienne de Gaza a son propre agenda, à la fois de déstabilisation politique du Hamas et d'attaques contre Israël, avec ou sans coordination avec son rival islamiste. De quoi faire repartir le feu à tout instant. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory