Default profile photo

18 Juillet 2019 | 15, Tammuz 5779 | Mise à jour le 17/07/2019 à 18h17

Rubrique Judaïsme

La promesse du jour

Peinture de BottiIccelli

Le Commentaire de la Semaine par Daniel Toledano, Conférencier, spécialiste de Rachi.

Les personnages les plus indiscutables de l’histoire juive partagent paradoxalement bien souvent un point commun, celui de passer par le creuset de la contestation. Il nous faut absolument expliquer ce phénomène des plus curieux en prenant soin d’esquisser tout d’abord le sort bouleversant de quelques figures emblématiques comme pour mieux imprimer le contraste. Et d’emblée, est-il possible déjà de constater que même les plus illustres d’entre eux n’y échappent guère, à commencer par Moïse et Aaron. Leur plus grand détracteur, un cousin germain du nom de Coré (Kora’h en hébreu), orateur hors pair, fait vaciller avec bruit leur légitimité et selon Rachi parvient même à séduire l’ensemble du peuple. Seule une intervention divine, puissante et surnaturelle, finit par juguler la contestation et mettre ainsi en échec cette tentative de déconstruction de la première représentation de l’autorité voulue par D-ieu. Heureusement, il s’en est fallu de peu. Moïse et Aaron sortent définitivement grandis de cette affaire.

Plusieurs siècles plus tard, un autre chef, symbole même de l’autorité divine et du courage, passe sa vie à asseoir le bien-fondé de sa souveraineté. Ce dirigeant hors norme n’est autre que le Roi David, et au terme de ses trop nombreux combats, il finit par devenir le fondateur assuré de la royauté d’Israël, une dynastie qui au son des prophéties bibliques reviendra exercer son pouvoir aux temps messianiques et ce pour l’éternité.

Enfin est-il utile d’évoquer l’incontournable Moïse Maïmonide, figure très objectée et considérée aujourd’hui comme autorité rabbinique à la fois majeure et essentielle de la loi juive sur lequel il est dit : « de Moïse à Moïse, il ne s’est pas levé dans la nation d’Israël un personnage comme Moïse ». Une épitaphe inscrite sur sa tombe à Tibériade qui ne peut mieux résumer l’influence tout à fait singulière de celui qu’on a fini par surnommer le « Grand Aigle », à la manière de cet oiseau majestueux qui vole plus haut que tous les autres. Selon la Torah, il n’est pas nécessaire d’établir la légitimité d’un contrat par le biais d’un tribunal sauf si la véracité de ce contrat est contestée, auquel cas le tribunal doit se prononcer sur sa conformité. Par la suite, ce contrat désavoué un temps, et désormais authentifié par le tribunal, possède une force juridique plus grande que celle d’un contrat qui n’a jamais été récusé. Il est même possible d’affirmer que cette valeur juridique plus solide naît  dès la contestation.

Ainsi a-t-on recours à cette image dans le courant hassidique (R. Y.Y. Schneersohn), pour expliquer ce phénomène de contestation qui agite la vie des grands hommes, comme si la tempête devenait nécessaire, pour se rendre compte au bout du chemin de la qualité du bateau ou de son capitaine. A « défier » un homme, une qualité, une œuvre, un mouvement appartenant à la vérité, on en vient in fine à s’y attacher infiniment plus.

Y-a-t-il dans ce monde une nation aussi contestée que le peuple juif, depuis son histoire à son territoire, depuis ses origines à ses valeurs ? Et pourtant au bout de la nuit, il y a la promesse du jour. L’obscurité est paraît-il plus intense avant que ne se lève le jour. Un assombrissement, au temps court eu égard à la longueur de la nuit, qui se fait malgré lui l’annonciateur du jour. Bien plus, nous sommes même déjà au seuil du jour selon le Rabbi de Loubavitch. Un visionnaire de notre époque à qui il convient de rendre hommage en cette semaine anniversaire des 25 années de son départ et dont la justesse de l’œuvre et de l’action ne cesse de se bonifier chaque jour plus, rendant son message incontournable à notre génération. Il ne nous reste plus alors qu’à ouvrir les yeux pour constater.


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory