Default profile photo

18 Août 2019 | 17, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique Sport

Fatigue et stress : comment le corps retient les tensions

(DR)

Mal de dos, jambes lourdes, tensions musculaires. Les corps soumis à rude épreuve trouvent leur salut dans les méthodes de relaxation et de remise en forme, mais cette pression est-elle seulement une question de fatigue et de mauvaise posture ?

Au départ forcément, la pression vient de là de façon mécanique. Comme avec l’eau chaude on se brûle, pour les douleurs lombaires par exemple, il y a souvent « à l’origine une mauvaise posture adoptée dans la vie courante, au bureau ou en voiture, avec le dos rond et la tête en avant, souvent penchée. La majorité des douleurs sont liées à une mauvaise utilisation de la colonne vertébrale », explique dans son livre Mal de dos, Halte aux idées reçues (Ed. du Dauphin) le docteur Charley Cohen, rhumatologue.  

Mais si c’était si simple… Car quand la douleur devient chronique et quand veille des vacances, le poids de l’année « pèse » lourd sans qu’on puisse dire pourquoi, il faut chercher plus loin. Du côté des émotions. A la question de savoir si le corps imprime le stress et si, comme une caisse enregistreuse, il comptabilise et garde en lui, y compris de façon inconsciente, les tensions et les contrariétés, l’ostéopathe psychosomaticien Claude Bochurberg, ancien chargé de cours à la faculté de médecine Paris Nord, répond oui. 

« On sait aujourd’hui de manière formelle qu’il n’y a pas de séparation entre le psychisme et le corps. Les études en neurosciences menées depuis trente ans à partir des travaux d’Antonio Damasio, ont montré que la moindre tension interagit au niveau du cortex cérébral. Quand il y a un stress, on voit dans le système limbique au niveau cérébral une plus grande densité circulatoire autour des cellules de l’émotion, comme si des voyants de lumières s’allumaient ». Pour le journaliste spécialisé dans Actualité juive sur les questions de mémoire, « le corps est un gardien de mémoire : il garde des traces qui peuvent être réveillées, de façon inconsciente ou pas, quand on est à proximité d’une source stressante ou d’un stress qui nous en rappelle un. L’inconscient, dit-il, se joue de la temporalité ».


« Le corps est un gardien de mémoire qui garde des traces qui peuvent être réveillées »

   

Prenons concrètement l’exemple de la vie professionnelle, cette activité qui occupe en général l’essentiel de notre temps et qui peut être source de tensions. « Au travail, on est sous la coupe d’une socialité obligée où nous devons composer avec les autres de manière à ne pas faire état d’une hostilité. Quand on se relâche le soir, en rentrant chez soi, c’est parce que pour le dire simplement, le cerveau par obligation sociale s’était mis en sommeil momentanément et qu’il se reprend, quand la source irritative est loin. Au niveau du corps, il y a un impact sur l’enveloppe musculaire. Dans ma vie de praticien, j’ai entendu mille fois des patients me dire « Pendant ma réunion, je me suis contenu, j’ai pris sur moi et je me suis réveillé avec un mal de dos le lendemain ». 

Citant Boris Cyrulnik expliquant dans son livre De la parole comme d’une molécule que la parole interagit sur le corps, c’est-à-dire que selon sa forme, son contenu et son rythme, la parole dite, si elle est négative, provoquera chez celui qui l’écoute des secrétions hormonales, eh bien elle entrainera aussi des perturbations somatiques. Pour l’ostéopathe, elle va « provoquer une rétraction de l’enveloppe musculaire : le muscle au lieu d’être élastique va se raccourcir à des endroits privilégiés. Au niveau du cou créant des cervicalgies, dans le dos créant des dorsalgies et sur les lombaires, ce sont les lombalgies ». Peut-on se sauver de son corps qui imprime comme un buvard ? Oui pour Claude Bochurberg, en retrouvant dans sa relation aux autres « une parole parlante, c’est-à-dire amicale, créative et réconfortante. C’est précisément ce que nous dit la tradition juive ». 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory