Default profile photo

16 Septembre 2019 | 16, Elul 5779 | Mise à jour le 16/09/2019 à 13h07

Rubrique Monde juif

Italie : Adopter un livre

Pour sauver des milliers de livres en danger, provenant, entre autres, de l’ancienne bibliothèque du Séminaire rabbinique de Rome, l’Union des Communautés Juives italiennes vient de lancer une campagne destinée à récolter des fonds auprès du public.

Nous sommes en pleine Deuxième guerre mondiale. Les nazis, qui ont envahi l’Italie, s’emparent des livres appartenant au Séminaire rabbinique italien, sis à Rome, et les envoie en Allemagne. A la fin du conflit, les troupes américaines récupèrent les précieux volumes à Frankfort et les rendent à leur légitime propriétaire. Qui n’a pas forcément les moyens financiers de les conserver comme faire se doit.

 Plusieurs décennies plus tard, en 1967, une crue de l’Arno quasiment sans précédent dévaste certains quartiers de la ville de Florence. Des bénévoles, membres des diverses communautés juives du pays, se mobilisent pour sauver des livres rares et précieux souvent endommagés par les flots. Mais, beaucoup de ceux ci sont abimés.

 En quoi ces deux évènements, qui concernent environ 8.000 livres, sont-ils liés? La réponse est à chercher du côté de l’Union des Communautés Juives d’Italie (UCEI), l’organe représentatif du judaïsme transalpin. En effet, celle-ci, consciente de la détérioration de ces ouvrages, a décidé de faire appel au public pour l’aider à sauver ce patrimoine (écrit) en danger qui risque, il faut le dire, d’être perdu si l’on n’intervient pas au plus tôt. D’où le recours à ce que l’on nomme une campagne de « crowdfunding » qui permet à tout un chacun de financer la remise en état de ces livres.

Très concrètement, si  les fonds sont réunis, dès le mois de septembre prochain, lesdits livres vont être envoyés à la société chargée de leur remise en état. Le mois suivant, soit en octobre, ils passeront dans deux autoclaves pour les désinfecter et les sécher. Puis, en novembre, la désinfection étant terminée, une « machine à succion » les dépoussièrera. Enfin, en décembre, une fois tout le processus achevé, les livres seront rendus à « l’Unione ». Qui en offrira certains à ses généreux donateurs.

« Sauver ces livres, dont beaucoup sont rares et anciens, signifie que les efforts faits dans le passé afin qu’ils ne soient pas détruits n’ont pas été accomplis en vain », explique l’UCEI. Qui poursuit: « Sauver ces volumes veut dire sauver une partie importante de l’histoire juive italienne, et pas seulement elle. Adhérer à cette campagne signifie, de fait, adopter un livre en le dédiant à l’étude et à la lecture pour les générations à venir ». 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory