Default profile photo

15 Novembre 2019 | 17, Heshvan 5780 | Mise à jour le 13/11/2019 à 17h43

Rubrique Communauté

Septembre 2019 - Août 2020

Une belle année en perspectives

L’année 2019-2020 s’annonce très riche en événements politiques, culturels ou sportifs. Des journées européennes de la culture juive jusqu’aux Jeux Olympiques de Tokyo l’été prochain, en passant par les artistes français sur la scène israélienne, les élections municipales en France, l’Euro 2020 de football, et le festival d’Israël à Jérusalem, Actualité Juive vous propose le panorama de ce qui vous attend cette année.

Le capitaine Dreyfus à l’affiche

Après son injuste condamnation pour espionnage en 1894, c’est à l’été 1899 – il y a cent-vingt ans donc – que le procès en appel du capitaine juif alsacien s’est déroulé. À nouveau décrété coupable et condamné à dix ans de détention, il fut finalement gracié par le président Émile Loubet le 19 septembre 1899. 

Les commémorations liées à cette date anniversaire pourraient offrir des surprises. Dans son discours prononcé lors de la cérémonie de la rafle du Vel d’Hiv en juillet dernier, la ministre des Armées Florence Parly avait affirmé : « Il est encore temps que les Armées redonnent à Alfred Dreyfus tout l’honneur et toutes les années qu’on lui a ôtés. Et j’y veillerai personnellement ». Peut-être par le biais d’une nomination à titre posthume du lieutenant-colonel Dreyfus au grade de général ? Sa réintégration au grade supérieur sans reconstitution complète de carrière l’avait en effet empêché d’accéder à ce grade auquel il était promis. 

Promotion posthume ou pas, il sera néanmoins question du Capitaine au cours de ce dernier trimestre de l’année 2019, avec la sortie du film que Roman Polanski lui a consacré. «J’accuse », prévu sur les écrans le 13 novembre, évoquera l’Affaire raconté du point de vue du Colonel Picquart (joué par Jean Dujardin), celui même qui avait fini par découvrir que les preuves contre le capitaine Alfred Dreyfus avaient été fabriquées. 


Le temps du recueillement et des vœux

A l’approche des fêtes du nouvel An juif, le rituel est de rigueur. Celui-ci débutera par la Cérémonie organisée à la Mémoire des Martyrs de la Déportation à la Grande synagogue de la Victoire, dimanche 22 septembre à 10 heures (cérémonie retransmise sur France 2). Cinq jours plus tard, jeudi 26, la maire Anne Hidalgo présentera ses vœux à la communauté juive de Paris. Une cérémonie à laquelle participera la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse. Puis, les cérémonies de la Hazkara (dédiée aux victimes sans sépulture de la Shoah) et du Yizkor (cérémonie du Souvenir) se dérouleront le dimanche 6 octobre. La première au Mémorial de la Shoah à 10h15. La seconde à 11 heures au cimetière parisien de Bagneux. 


« libération » d’Auschwitz, il y a 75 ans

On commémorera au printemps 2020 les 75 ans des marches de la mort et la « libération » des camps nazis par les Alliés et ces funestes anniversaires marqueront la Journée internationale du 27 janvier dédiée à la mémoire des victimes de la Shoah. 

En France, les cérémonies auront lieu au Mémorial de la Shoah et à l’Unesco mais c’est en Israël que l’événement devrait se produire avec la venue des dirigeants du monde entier au Forum international sur la Shoah au Yad Vashem, le 20 janvier. 

Ce rassemblement de la Fondation pour le Forum international sur la Shoah est organisé sous les auspices du président de l’Etat d’Israël Reuven Rivlin et il est au cœur de toutes les attentions. « Cette conférence se tient à un moment historique clé – 75 ans après la libération d'Auschwitz-Birkenau, et alors que les voix du négationnisme et de l'antisémitisme se manifestent à nouveau », a déclaré Reuven Rivlin. « J'ai convié les dirigeants du monde à nous rejoindre en cet important moment de mémoire et d'engagement, et je me réjouis du nombre de réponses positives qui augmente chaque jour. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour faire de cet événement une rencontre pleine de sens, qui symbolisera la lutte contre l'antisémitisme et l'éducation de la prochaine génération ». Le président français Emmanuel Macron a confirmé sa présence.


Devine qui vient dîner ?

La date et le lieu ne sont pas encore connus, mais le traditionnel Dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) aura lieu entre la fin du mois de février et le début du mois de mars. 


La nuit blanche de Tel Aviv

Depuis 2003, la ville blanche de Tel Aviv est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour fêter cette reconnaissance, la ville israélienne a décidé de mettre en place une nuit blanche : « laila lavan » c’est-à-dire faire la fête toute la nuit (faire une « nuit blanche »). La date doit encore être confirmée, mais ce serait le 30 juin que cet événement devrait s’organiser. A partir de 21 h, les manifestations (concerts, spectacles, etc.) se multiplient. Les musées et institutions culturelles ouvrent très tard (à tarifs préférentiels) et certains bars/restaurants reçoivent des clients jusqu’au petit matin… 


Israël nourrit des ambitions aux JO de Tokyo

Après Rio en 2016, le comité olympique israélien n'a depuis qu'un seul objectif dans son viseur : les JO de Tokyo. Il y a quatre ans, au Brésil, l'Etat hébreu avait raflé deux médailles de bronze en judo, grâce à Or Sasson chez les hommes (+ de 100 kg) et à Yarden Gerbi chez les femmes (- de 63 kg). C'est d'ailleurs toujours principalement en judo que se situent les espoirs de médailles israéliennes. Surtout après le récent sacre de Sagi Muki (lire page 33) aux Championnats du monde de…Tokyo. Le tout à moins d'un an du coup d'envoi des Olympiades. 

La première participation de l'Etat juif aux Jeux olympiques d'été remonte à1952, à Helsinki (Finlande). Il aura fallu ensuite attendre quarante longues années et voir défiler 9 éditions consécutives pour assister au sacre de la judoka Yael Arad. En montant sur la deuxième place du podium aux Jeux de Barcelone (1992), elle est donc celle qui a remporté la première breloque dans l'histoire du pays. Le véliplanchiste Gal Fridman sauve l'honneur en 1996 à Atlanta avec une médaille de bronze. Aux Jeux de Sydney en 2000, la surprise vient de Michael Kolganov, bronzé, en Canoë Kayak. Les Jeux d'Athènes en 2004 sont le théâtre de la consécration de Gal Fridman, auréolé d'une médaille d'or, tandis que le judoka Arik Zeevi s'offre le bronze. La voile est de nouveau à l'honneur aux Jeux de Pékin en 2008 grâce à la troisième place obtenue par Shahar Zubari. Le rendez-vous londonien de 2012 n'accouche d'aucune récompense dans les rangs bleu et blanc. 

Outre le judo, Israël comptera au Japon sur ses forces vives en athlétisme, en voile mais également dans d'autres disciplines. Fait inédit : le pays y emmènera une équipe d'équitation (saut d'obstacles). Igal Carmi, qui a succédé à Zvi Varshaviak au poste de président du Comité olympique israélien, s'est montré résolument clair sur ses ambitions pour Tokyo 2020 : "Nous souhaitons rafler deux médailles et bien figurer dans chacune des disciplines disputées. Notre délégation, riche de 50 athlètes, sera la plus importante jamais envoyée dans des Jeux".  


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory