Default profile photo

13 Novembre 2019 | 15, Heshvan 5780 | Mise à jour le 12/11/2019 à 15h40

Rubrique Israël

Elections en israël : La droite et la gauche proches de l'égalité

Binyamin Netanyahou leader du Likoud et Benny Gantz, leader du parti Bleu-Blanc (Flash90)

Les plus récentes études d'opinion font état d'une remontée de Bleu-Blanc, le grand parti de centre-gauche, qui devance même parfois légèrement le Likoud.

Malgré le peu d'intérêt manifesté par l'opinion pour le scrutin du 17 septembre, les sondages indiquent que la situation n'est pas statique. Les deux grandes formations, le Likoud et Bleu-Blanc, restent au coude-à-coude, mais le parti dirigé par Benny Gantz et Yaïr Lapid semble prendre un léger avantage sur celui de Binyamin Netanyahou. 

Malgré les dissensions entre ses dirigeants, étalées parfois au grand jour, le parti Bleu-Blanc  est crédité, par plusieurs études d'opinion, d'un siège de plus que le Likoud – 32 à 31 ou 31 à 30. Un léger recul des formations ultra-orthodoxes met les deux blocs quasiment à égalité. Aucun des deux grands partis ne semble en mesure de former une coalition. Au terme de près de neuf mois de campagne, puisque la Knesset a été dissoute pour la première fois en décembre 2018, la situation pourrait s'avérer aussi inextricable qu'après le scrutin du 9 avril. 

Dans l'opposition au gouvernement actuel, le parti Bleu-Blanc qui devrait disposer d'un peu plus de 30 sièges pourra compter sur le soutien d'environ 13 députés appartenant au Camp démocratique (Meretz et Ehoud Barak) et au Parti travailliste (Amir Peretz et Orly Lévi-Abecassis) et disposera donc d'environ 45 sièges auxquels il pourra ajouter une dizaine de députés de la Liste arabe unie qui devraient lui apporter un soutien extérieur sans entrer au gouvernement. 

A droite le Likoud disposera d'une base plus homogène puisqu'il peut compter sur une dizaine de députés sionistes religieux (liste Yamina) et sur les ultra-orthodoxes de Shass et Yahadout Hatora (entre 13 et 15 mandats). La coalition de M. Netanyahou à laquelle les sondages annonçaient 57 mandats entre début de campagne contre 53 à l'opposition emmenée par Bleu-Blanc, est donc aujourd'hui pratiquement à égalité avec ses adversaires, voire même légèrement en-dessous. 

L'arbitre de la situation reste Avigdor Lieberman. Son parti, Israël Beteinou, est crédité par les sondages de 9 à 11 sièges. Il affirme vouloir pousser à la constitution d'un gouvernement centriste excluant les religieux et regroupant sa formation, Bleu-Blanc et le Likoud sans Netanyahou, devenu son grand ennemi. 

Deux petits partis – Zehout de Moshé Feiglin et les kahanistes d'Otzma LeIsraël – se présentaient à la droite du Likoud mais ne semblaient pas en mesure de franchir le seuil de la représentation. M. Netanyahou a réussi à conclure une entente avec Moshé Feiglin qui s'est retiré de la course pour éviter la perte de voix de droite.  

Il est possible que le parti Otzma LeIsraël, crédité actuellement de 3,5 mandats, tire profit de ce retrait qui, lui, pourrait lui permettre de gagner quelques milliers d'électeurs et de franchir le seuil de la représentation, apportant à la droite quatre sièges supplémentaires qui lui donneraient la majorité absolue. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory