Default profile photo

23 Octobre 2019 | 24, Tishri 5780 | Mise à jour le 18/10/2019 à 12h54

Rubrique Israël

Elections israeliennes : Le président Rivlin cherche à sortir de l'impasse

B.Netanyahou, R. Rivlin et B.Gantz. Une poignée de main crispée. (Flash90.)

Aucun des deux grands partis ne disposant de la majorité, le chef de l'Etat a organisé une rencontre entre MM. Netanyahou et Gantz pour les convaincre de s'unir.

Ils se serrent la main de manière distante et fixent l'objectif avec un sourire un peu crispé, sans se regarder. C'est ainsi que Binyamin Netanyahou et Benny Gantz ont posé le 23 septembre avec le président Rivlin, qui les avait convoqués pour discuter avec eux de la possibilité de constituer un gouvernement d'union bâti autour de leurs deux formations. 

A l'issue des consultations qu'il avait engagées la veille avec l'ensemble des formations représentées à la Knesset, le président était parvenu à la conclusion qui s'imposait : aucun des deux grands partis n'était en mesure de s'appuyer sur une majorité de 61 députés sur 120 à la Knesset. 

La candidature de M. Netanyahou était appuyée par 55 parlementaires, ceux de son parti le Likoud (31 sièges), les députés ultra-orthodoxes et les sionistes religieux. De son côté, M. Gantz était soutenu par 54 élus appartenant à son parti Bleu Blanc (33) et aux deux petites formations de gauche – Camp démocratique et travaillistes (11 députés). Il avait, de plus, été recommandé par trois des quatre partis arabes, unis au sein d'une liste commune. 

Le président avait donc le choix entre le leader du plus grand parti, Benny Gantz, et le politicien bénéficiant du plus grand nombre de recommandations, Binyamin Netanyahou. Aucun des deux n'ayant apparemment la moindre chance de constituer un gouvernement stable et durable, le chef de l'Etat  les a invités à se rencontrer à la résidence présidentielle le 23 septembre pour discuter de la constitution d'un gouvernement d'union. 

"La responsabilité de former un gouvernement vous incombe. La population s'attend à ce que vous trouviez une solution", a déclaré Reouven Rivlin. Ce "gouvernement d'union" doit "intégrer la diversité des voix de la société", a-t-il ajouté. 

MM. Netanyahou et Gantz se déclarent favorables à la formation d'un gouvernement d'union mais chacun veut en prendre la tête, et la manière de parvenir à un accord reste floue. Au cours de leur rencontre chez le président, les deux leaders ont discuté et convenu que leurs négociateurs respectifs, Yariv Levin ( Likoud) et Yoram Turbowitz (Bleu-Blanc), se rencontreraient le lendemain 24 septembre. Ces premières négociations ont duré plus de deux heures mais de nombreuses divergences subsistent entre les deux camps. 

Le président a invité MM. Gantz et Netanyahou à venir lui exposer les premiers résultats de ces tractations le 25 septembre. Ce jour-là, le chef de l'Etat recevra les résultats officiels du scrutin du 17 septembre et sera donc en mesure de désigner la personne chargée de former le gouvernement. Mais il pourrait repousser cette décision jusqu'après la fête de Roch Hachana pour donner une chance aux pourparlers entre les deux grands partis.

Les divergences demeurent profondes entre le Likoud et Bleu Blanc : qui sera le Premier ministre ? Y aura-t-il une rotation entre les leaders des deux partis à la tête du gouvernement ? Et si oui qui sera le premier ? Pour échapper aux poursuites judiciaires qui le menacent, Binyamin Netanyahou doit impérativement rester, dans un premier temps, à la tête du gouvernement.

Enfin dernière question : que fera l'énigmatique Avigdor Lieberman qui se définit comme un homme de droite mais n'a recommandé aucun des deux candidats ? Il affirme qu'il refusera de siéger au gouvernement avec les ultra-orthodoxes, les "messianistes" les Arabes et l'extrême gauche juive...

Powered by Edreams Factory