Default profile photo

22 Novembre 2019 | 24, Heshvan 5780 | Mise à jour le 20/11/2019 à 18h20

Rubrique Communauté

Jacques Bisraor nous a quittés

Un grand militant communautaire (DR)

Il était l’une des plus belles voix des ondes juives et possédait un timbre si chaud qu’on pouvait se laisser aller à écouter ses chroniques sportives, même sil’on se souciait peu de savoir quelle équipe avait remporté le match de la veille. Jacques Bisraor est décédé à l’âge de 86 ans en Israël pendant les fêtes de Tichri.

Quelques jours avant son décès, il était encore derrière son micro tant il officiait avec plaisir à la radio. Katy Bisraor-Ayache, sa nièce, témoigne pour Actualité juive. « Malgré la fatigue et ses problèmes respiratoires, il était si passionné par la radio et par le sport que pour ses chroniques, il retrouvait sa voix de trente ans ».

Jacques Bisraor était ainsi un passionné et un militant communautaire. Chroniqueur bénévole durant toutes ces années, il savait couvrir n’importe quel événement sportif vu qu’il connaissait toutes les règles de tous les jeux. Homme de communication, responsable des relations publiques durant sa carrière professionnelle, il a aussi mis ses compétences au service de la communauté en devenant en 1986 le directeur du Centre Fleg. 

C’est lui qui fit alors de ce lieu cet endroit incontournable pour la jeunesse juive parisienne en y ouvrant notamment un restaurant universitaire cacher, ainsi qu’en organisant des activités de théâtre.  

En France, comme en Israël où il s’était installé depuis 2005 (après y avoir vécu au début des années 80), Jacques Bisraor était un homme qui se donnait énormément pour sa communauté en dirigeant celle de la Varenne comme celle de Netanya.

À son épouse, ses enfants, ses petits et arrière-petits-enfants, nous transmettons nos plus sincères condoléances et gardons en mémoire toutes ses belles chroniques que nous avons longtemps publiées. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory