Default profile photo

16 Décembre 2019 | 18, Kislev 5780 | Mise à jour le 13/12/2019 à 11h26

Rubrique Israël

Tel Aviv, bulle immobilière

(Wikipedia)

La Banque suisse UBS évalue chaque année les villes du monde les plus demandées sur le marché immobilier. Tel-Aviv est la première ville israélienne à y faire son entrée.

L'indice UBS Global Real Estate Bubble 2019, inclut pour la première fois la métropole israélienne dans la liste des villes susceptibles de connaître un risque de bulle immobilière ou une surévaluation. C'est le cas pour Tel Aviv, Madrid et Moscou constate le rapport.

Pendant les trente dernières années, Tel Aviv a enregistré quelques-unes des plus fortes hausses de prix parmi les 24 villes analysées par UBS. Les prix ont connu une augmentation presque constante entre 2003 et 2017, qui la placent au même rang que New York ou Tokyo. Une hausse des taux d'intérêt hypothécaires a provoqué une correction. Récemment, les prix se sont globalement stabilisés, constate le rapport, mais la ville reste surévaluée. Tel-Aviv arrive au 13e rang de l'indice des "villes bulles" établi par UBS, ce qui signifie qu'il y existe une possibilité d'éclatement de la bulle immobilière.


Appartements surévalués

Même si les prix ont connu un recul global de l'ordre de 10%, les logements restent difficilement accessibles. Un ménage israélien de classe moyenne doit travailler durant onze ans pour s'offrir un appartement de 60 m2 dans le centre de Tel-Aviv, plus qu'à Francfort, à Munich ou à Moscou constatent les experts de la banque suisse. Les analystes d'UBS considèrent toutefois que les prix de l'immobilier à Tel-Aviv sont en train de se rapprocher de leur valeur réelle.

Powered by Edreams Factory