Default profile photo

22 Novembre 2019 | 24, Heshvan 5780 | Mise à jour le 20/11/2019 à 18h20

Rubrique Israël

Mettre les montres à l’heure

Benny Gantz, le leader du parti Bleu Blanc pourrait-il réussir là où le chef du gouvernement sortant a échoué ? (Flash90.)

Après l'échec de Netanyahou, le président Rivlin a confié à Benny Gantz, leader du parti Bleu Blanc, la tâche de constituer un gouvernement.

Triste anniversaire pour Binyamin Netanyahou qui a dû reconnaître le 21 octobre, jour de ses 70 ans, qu'il n'avait pas réussi à former un gouvernement et renoncer officiellement à cette mission qui lui avait été confiée pour 28 jours par le président Rivlin.  

Soutenu par 55 députés (sur 120),  le leader du Likoud n'a pas réussi à élargir sa base pour disposer de la majorité absolue à la Knesset. Son ancien allié Avigdor Lieberman est resté ferme dans son refus de rejoindre un cabinet de droite et continue de prôner la formation d'un gouvernement d'union libéral. Le Parti travailliste a refusé de se joindre au Likoud. Et les dirigeants de Bleu Blanc ont fait traîner les négociations jusqu'à ce que la mission de constituer un gouvernement soit confiée à leur leader Benny Gantz.

Deux dangers pourraient menacer les ambitions de Binyamin Netanyahou. Tout d'abord,  une éventuelle dislocation du bloc des 55 députés, appartenant à cinq formations différentes, qui le soutiennent. Cette alliance semble pourtant d'autant plus solide que les dirigeants de Bleu Blanc excluent pour le moment toute coopération avec les ultra-orthodoxes.

Par ailleurs, M. Netanyahou pourrait être chassé de son poste à la tête du Likoud par une rébellion au sein de son parti. Mais cette possibilité paraît peu plausible car un récent sondage a montré que son éventuel successeur, Guideon Saar, n'obtiendrait que 26 mandats contre 33 à "Bibi". 

Benny Gantz pourrait-il réussir là où le chef du gouvernement sortant a échoué ? Rien n'est moins sûr. Il dispose du soutien de 44 députés auxquels il faut ajouter les 13 parlementaires de la Liste arabe unie, dont dix ont appuyé sa candidature au poste de Premier ministre. 

 M. Gantz affirme vouloir constituer un gouvernement d'union libéral avec le Likoud. Les représentants des deux partis se sont rencontrés le 27 octobre et MM. Gantz et Netanyahou se sont entretenus le même jour. Mais ces pourparlers n'ont débouché sur aucun résultat concret. 

Les propositions du président Rivlin visant à accorder au vice-Premier ministre le même statut judiciaire qu'au chef du gouvernement afin de permettre une rotation entre les deux leaders, peuvent être acceptées par Bleu Blanc. Mais deux autres exigences du Likoud  sont plus problématiques pour la formation d'opposition. Le parti de M. Netanyahou exige d'entrer dans la coalition avec les 55 députés qui le soutiennent et le chef du gouvernement sortant souhaite être le premier à occuper le poste de Premier ministre. 

M. Gantz pourrait-il constituer un gouvernement minoritaire où les 44 députés qui l'appuient seraient rejoints par les 8 parlementaires d'Israël Beteinou et soutenus de l'extérieur par les treize membres de la Liste arabe unies ? Une telle option n'est pas impossible mais elle n'est guère vraisemblable.   

Si à l'issue des 28 jours qui lui ont été alloués, M. Gantz n'a pas réussi à former un gouvernement, la Knesset disposera de 21 jours supplémentaires pour trouver une autre solution. Si elle échoue, de nouvelles élections devront être organisées, au grand dam de la grande majorité des Israéliens, fatigués des scrutins des derniers mois.


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory