Default profile photo

13 Novembre 2019 | 15, Heshvan 5780 | Mise à jour le 12/11/2019 à 15h40

Rubrique Judaïsme

Parachat Ve Zoth habéra’ha : De la fin au commencement

(Flash90.)

C’est lors de la fête de Sim’hat Thora que nous achèverons la lecture des cinq livres de la Thora…. pour la reprendre aussitôt le jour même en son début. Nous lirons Ve Zoth habéra’ha, sa dernière paracha qui contient l’un des versets les plus connus de la Tradition. “ Thora tsiva lanou Moshé moracha kéhilath Yaakov”. La Thora que Moshé (Moïse) nous a enseignée est l’héritage de la communauté de Yaakov (Jacob). Les commentateurs ont posé de nombreuses questions sur cette conclusion exceptionnelle. Nous n’en retiendrons que trois.

Tout d’abord, pourquoi avoir choisi la fête de Sim’hat Thora pour réunir en un seul jour la fin et le début de la Thora? En second lieu, que vient faire ce verset dans la fête de Sim’hat Thora? Ce texte met en valeur l’importance de l’étude de la Thora. Or, ce jour-là, on danse avec les rouleaux de la Thora fermés, comme pour dire que durant cette journée, l’étude est mise de côté: seule importe, alors, la joie. Enfin, pourquoi reprendre aussitôt la Thora en son début le jour où elle se termine?


Dépasser l’étude


De tout temps, l’étude fut pour l’Occident, une fin en soi. Connaître était non seulement le trait distinctif de l’homme par rapport au reste de la Création mais il était aussi le moyen de légitimer toutes les dérives politiques ou morales. Chez les Grecs, la démocratie n’existe pas pour les ignorants. Bien plus, on peut atteindre les sommets de la connaissance tout en ayant une vie morale dépravée, car connaître ne sous-entend nullement l’idée de se soumettre à une autorité supérieure. On peut même affirmer le contraire: à mesure que la connaissance grandit, l’orgueil, né de cette acquisition, prend des proportions incompatibles avec la soumission. Pour le judaïsme, il en va tout autrement. La connaissance est un axe fondamental de la pensée juive, mais elle est porteuse d’un message moral qui la dépasse. Elle doit amener l’homme à l’humilité, au sentiment et à la conscience qu’il ne connaît rien face à la grandeur infinie de D’. Nous avons ici       la réponse à notre deuxième question. Durant Sim’hat Thora, les pieds ont plus d’importance que la tête. L’homme danse avec ses pieds pour exprimer la joie d’être le serviteur de D’, à l’image d’un serviteur qui ne réfléchit pas et ne se concentre que sur une seule tâche: servir son maître. La réflexion n’a pas de place. Seule l’obéissance est de mise. C’est la raison pour laquelle le verset“La Thora que Moshé nous a enseignée est l’héritage de la communauté de Yaakov” qui évoque l’étude dela Thora, est lu à Sim’hat Thora. Pour nous rappeler que l’étude n’est pas la finalité du judaïsme, mais qu’elle doit amener l’homme à la conscience qu’il est avant tout le serviteur de D’.


Un nouveau palier dans l’étude


C’est dans cet esprit que l’on pourra comprendre la réponse à la troisième question. Quand on achève la lecture d’une œuvre quelconque, on a toujours le sentiment de la maîtriser ou de l’avoir comprise. Pour la Thora, cet aboutissement est impossible. Etant infinie, elle ne peut jamais être totalement comprise et doit sans cesse être constamment réétudiée. C’est pourquoi, dès que l’on achève la lecture de la Thora, on la reprend aussitôt à son début, le même jour, par humilité, pour reconnaître qu’elle n’est pas tout à fait acquise. Elle commence d’ailleurs par le mot “Béréchith” qui signifie“Au commencement” afin d’ancrer en nous l’idée que nous ne sommes que des étudiants franchissant chaque année un nouveau palier, jusqu’alors inconnu, dans l’étude de la Sagesse divine.


Toute la Thora


La réponse à la troisième question, enfin, s’inscrit dans la continuité de ce que nous écrivions plus haut. On pourrait penser que l’annulation de son ego n’est qu’une caractéristique, parmi d’autres, du judaïsme. Pour éviter une telle méprise, on réunira “ toute ” la Thora (de la fin au commencement) durant Sim’hat Thora, le jour qui symbolise le mieux le sentiment d’humilité.

Powered by Edreams Factory