Default profile photo

14 Novembre 2019 | 16, Heshvan 5780 | Mise à jour le 13/11/2019 à 17h43

Rubrique Régions

La synagogue de Lille fête ses 130 ans !

Danielle Delmaire, historienne, de l’université de Lille (DR)

En ce jeudi 26 septembre, dans le cadre des relations judéo chrétiennes, Madame Danielle Delmaire, historienne, professeur émérite de l’université de Lille a tenu une conférence à propos de son magnifique livre-album* sur la synagogue de Lille.

La synagogue, a-t-elle précisé,  telle qu’un visiteur peut l’admirer actuellement  est inscrite aux monuments historiques : une façade monumentale, des vitraux et une rosace avec des Maguen David, la grande nef qui aboutit à l’Aron où se trouvent des Sifré-Torah, des objets de culte exposés dans des vitrines, les plaques commémoratives des soldats juifs de Lille morts pour la patrie durant la Première Guerre mondiale et des juifs déportés et assassinés par la barbarie nazie…

La synagogue  fut inaugurée en septembre 1891, cent ans exactement après l’émancipation des juifs de France. La communauté juive de Lille, qui s’est constituée pendant la Révolution, a connu plusieurs lieux de prières, d’abord une pièce dans la maison du plus riche de ses membres, puis rue de la Halloterie, ensuite rue des Bouchers qui furent des locaux loués, enfin rue des prisons qui était une maison aménagée en synagogue. Comme celle-ci devint trop exiguë du fait que  la communauté s’agrandissait avec l’arrivée d’Alsaciens et de Lorrains après l’année 1870, une synagogue bien plus considérable à Lille s’imposa. Elle se concrétisa  dans un quartier neuf adjoint à la commune.

Quant à la communauté juive de Lille, elle remonte à la Révolution, lorsque des juifs d’Alsace, de Lorraine mais aussi de Hollande et d’Angleterre s’installèrent à Lille à partir de 1792-1793 pour constituer une communauté qui n’a jamais  disparu depuis. Après la cession des départements de l’Est à l’Allemagne, en 1871, la communauté s’agrandit plus rapidement avec l’arrivée de coreligionnaires qui optèrent pour la France. Puis, ce sont les migrations de juifs venus de Pologne et de Turquie qui développèrent la communauté, dans les années 1920-1930. La barbarie nazie décima la communauté notamment par la rafle du 11 septembre 1942. Toutefois, le courage d’une vingtaine de cheminots permit à une soixantaine de personnes d’être soustraites du train de déportation, en présence même de la police allemande et française. Après la guerre, la communauté dut fournir de gros efforts pour se reconstituer, jusqu’à l’arrivée de quelques familles venues d’Afrique du Nord… 

  • Album photo disponible : ACI, 1/3 rue des 7 Agaches, 59 000, Lille », 45euros
Powered by Edreams Factory