Default profile photo

12 Décembre 2019 | 14, Kislev 5780 | Mise à jour le 11/12/2019 à 17h51

Rubrique Communauté

Philippe Meyer : « Au B’nai B’rith, chacun donne du sens à son engagement »

Le président du B’nai B’rith de France explique les objectifs de la journée portes ouvertes organisée dimanche 1er décembre dans les principales villes de France.

Actualité Juive: Les portes ouvertes du B’nai B’rith de France ont-elles une caractéristique particulière cette année ? 

Philippe Meyer : Oui, les précédentes éditions avaient lieu à Paris exclusivement mais cette année, pour la première fois, nous avons souhaité les organiser au niveau national dans les grandes villes de France à Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille et Nice. Nous sommes partis en réalité de deux constats. Le premier est que le B’nai B’rith est souvent mal connu du grand public alors qu’il est une organisation juive importante dans le monde et très actif en France. Le second est qu’il a longtemps été discret par tradition. Mais depuis plus d’un an, compte tenu de la situation des français juifs et de la montée de l’antisémitisme, il a la volonté d’être plus visible et de rassembler autour de ses valeurs, de ses messages et de ses actions. Ce sont les objectifs de la journée du dimanche 1er décembre : inviter le plus grand nombre à venir nous rencontrer et à nous connaître. Et également les inviter à nous rejoindre. Le B’nai B’rith est un lieu de réflexion et d’action où chacun peut donner du sens à son engagement et où le militantisme peut véritablement s’exprimer. 


A.J.: Quelles sont concrètement ses actions ?  

P.M. : Elles sont guidées par des valeurs humanitaires. Le B’nai B’rith croit en une société plus juste, plus fraternelle et plus ouverte. Il est engagé dans la lutte contre les haines et pour les droits de l’Homme. Notre priorité est le soutien à Israël et la lutte contre la haine-juive, l’antisionisme et le BDS. Notre but est aussi de défendre les valeurs de la République et la laïcité en combattant les populismes, l’islamisme politique et les extrémismes. Nous travaillons aussi beaucoup sur la mémoire et la promotion des cultures juives. Concrètement, cela signifie que nous sommes sur le terrain autour de ces questions. Nous multiplions les rencontres avec les décideurs, les influenceurs et le monde politique. Nous sommes également très réactifs sur les réseaux sociaux en n’hésitant pas sur les prises de position. Il ne se passe pas une semaine sans que nous n’alertions les préfets et les maires sur des choses problématiques, grâce aux remontées de terrain de nos militants qui sont très précises. 


A.J.: Parlez-nous de la journée du 1er décembre. Les loges auront-elles chacune un stand et à ce sujet, comment fonctionnent-elles ? 

P.M. : Le Bn’ai B’rith de France fédère soixante loges partout en France, lesquelles traduisent et mettent en oeuvre au niveau local et chacune avec ses spécificités et ses actions, les orientations décidées par le mouvement au niveau national. Dans chaque ville, le 1er décembre, des cadres et des représentants de chaque loge présenteront leurs actions et leurs projets. Nous parlerons aussi du B’nai B’rith en France et à l’international. Le B’nai B’rith est l’organisation humanitaire juive la plus ancienne du monde, créée en 1843. Elle a le statut d’ONG et elle est présente dans plus de cinquante pays. Nous sommes très actif au Conseil de l’Europe, à l’ONU et à l’Unesco par exemple. 


  1. A la mairie du XVIe (Paris) de 14h à 18h. Entrée libre. Horaires et lieux pour les autres villes : 01.55.07.85.45. E-mail : bbf@bbfrance.fr
Powered by Edreams Factory