Default profile photo

12 Décembre 2019 | 14, Kislev 5780 | Mise à jour le 11/12/2019 à 17h51

Rubrique Culture/Télé

Jacob Tsevi : «J’ai commencé dans le stand-up en jouant en hébreu »

Retenez-son nom, il devrait très vite faire partie des pros du Stand-up. Jacob Tsevi, jeune comique français qui s’est d’abord fait connaître en Israël débarque la semaine prochaine en France*. Rencontre.

Actualité Juive : Qui êtes-vous Jacob Tsevi ?

Jacob Tsevi : Je suis humoriste, j’ai vingt-sept ans et j’ai fait mon Alyah il y a cinq ans. J’habite à Tel-Aviv et je continue aussi mon travail d’agent immobilier car il faut bien pouvoir continuer à payer ses factures et sa taxe d’habitation…J’ai commencé dans le stand-up en jouant en hébreu alors que je ne maîtrisais pas du tout encore la langue. Pendant un an, je me suis produit devant un public israélien qui me regardait du coin de l’œil vu qu’il ne comprenait pas tout ce que je racontais. Le résultat était, il est vrai, assez surprenant… Vu leur réaction, j’ai décidé d’apprendre mes textes en hébreu par cœur, et de les réciter sur scène. Là encore, entre mes petites erreurs et mes quelques improvisations, le résultat a été assez original.

  Après cette expérience, j’ai décidé de privilégier le travail dans ma langue maternelle. J’ai eu la chance de faire le Tel-Aviv comedy club l’an dernier et de monter sur scène devant plus de huit cents personnes avec Kev Adams, Caroline Vigneaux ou encore Fary. Depuis, j’ai construit mon spectacle que j’ai déjà joué cinq fois en Israël. 


A.J.: Quels sont les ressorts de votre humour ?

J.T. : Mes idoles sont Gad Elmaleh, Elie Kakou et Djamel Debbouze. J’ai été élevé en les regardant. En même temps, je puise dans mon parcours personnel mes sources d’inspiration. Cela peut être un séjour à l’hôpital que j’ai effectué lorsque j’étais enfant et que je tourne en dérision. Sur scène, je parle aussi de ma famille et notamment de ma grand-mère, ainsi que des femmes marocaines. Sujet qui, pour le coup, est universel. Tout le monde ayant quelque chose à dire à leur sujet… 

À partir de mes histoires personnelles, je cherche à parler à un maximum de monde. Malgré mon parcours, je ne veux pas me fermer à un certain public. Pour mes spectacles en France, j’ai adapté certains de mes sketches pour qu’ils puissent plaire à un public aussi large que possible. J’ai hâte de rencontrer mon public parisien et de découvrir sa réaction.


A.J.: Revenir en France pour présenter son spectacle est un parcours assez atypique finalement…

J.T. : C’est en effet assez peu courant de voir un jeune comique partir vivre en Israël pour développer sa passion et revenir en France pour la proposer à son public. Et si demain je dois rentrer en France pour faire du stand-up, je serais très heureux d’avoir fait mon Alyah pour y arriver. 


«Jacob casse la démarche », les 11 et 18 novembre à la Comédie des Boulevards. Réservations sur billetreduc.com et au 01.42.36.85.24

Powered by Edreams Factory