Default profile photo

08 Décembre 2019 | 10, Kislev 5780 | Mise à jour le 04/12/2019 à 18h11

Rubrique Moyen-Orient/Monde

L'Iran menace Israël

Le commandant des forces américaines le général McKenzie. (Flash90.)

Un responsable militaire américain avertit que l'Iran prépare de nouvelles attaques. Israël pense qu'il pourrait en être la cible, alors que Téhéran se fait plus menaçant dans ses déclarations contre les alliés des Etats-Unis dans la région.

Pendant la crise politique israélienne, la menace iranienne continue. Le 24 novembre, Binyamin Netanyahou, en compagnie de son nouveau ministre de la Défense, Naftali Bennett, était en tournée d'inspection sur la frontière nord avec des officiers de Tsahal. « L'Iran poursuit son agression dans notre région et contre nous. Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour empêcher son enracinement », a déclaré le chef du gouvernement israélien, qui a par ailleurs cité les récentes déclarations d'un officier supérieur de l'armée américaine sur de nouveaux projets d'attaques de l'Iran. « Il faut être attentif aux propos du général McKenzie, le commandant des forces américaines pour le Proche-Orient. Je peux les confirmer, tout comme je peux confirmer que nous poursuivons nos plans en vue d'enrayer ces attaques par différents moyens », a ajouté Binyamin Netanyahou.

La tension entre Israël et l'Iran avait encore grimpé la semaine dernière, après le tir depuis la Syrie de quatre roquettes iraniennes en direction du Golan, interceptées avant d'atteindre le territoire israélien. La riposte de l'aviation de Tsahal qui avait visé, 24 heures plus tard, des positions iraniennes et syriennes en Syrie, avait été délibérément disproportionnée, de façon à avertir Téhéran de ne pas tenter d'imposer à Israël une guerre de harcèlement. La priorité de la défense israélienne est en effet d'empêcher l'installation sur le front nord d'une situation similaire à celle qui s'est développée sur le front sud, face aux terroristes palestiniens de Gaza.

Le problème est que la puissance de feu de l'Iran est incomparablement supérieure à celle du Hamas ou du Jihad Islamique. Entre les milices qu'il arme en Syrie, les bases qu'il y a installées et la force dont il dispose au Liban avec l'arsenal du Hezbollah, la menace est évidemment d'une autre ampleur. Le chef du gouvernement israélien a également rappelé l'activité iranienne « en Irak et au Yémen, pour y installer des bases de tir de roquettes et de missiles contre Israël » et que là non plus, Israël ne laisserait pas faire. 


Une guerre de harcèlement

La marge de manœuvre israélienne reste pourtant délicate. Il lui faut compter avec différents facteurs, tels que la menace directe contre son aviation par la défense aérienne syrienne, le risque d'accrochages accidentels avec les Russes, et le risque d'une spirale d'escalade face à l'Iran. D'autant que Téhéran n'hésite pas à hausser le ton. « Les sionistes devraient avoir peur, le jour et la nuit. Nous pouvons les atteindre, même de l'Iran », affirmait le chef des Gardiens de la Révolution le 25 novembre. « Nous avons été patients face aux actes hostiles des sionistes et des Saoudiens, mais nous les détruirons, s'ils franchissent nos lignes rouges », a encore averti Hussein Salami.

Powered by Edreams Factory