Default profile photo

07 Juillet 2020 | 15, Tammuz 5780 | Mise à jour le 06/07/2020 à 12h17

Jeûne du 17 Tamouz : 03h25 - 22h45

Rubrique Communauté

La 8e rentrée de la Maison d’étude juive au féminin

Que les femmes juives prennent leur place, qu’elles osent parler, transmettre, étudier et écrire, qu’elles deviennent autonomes dans l’étude et qu’elles puissent avoir accès aux textes juifs pour les comprendre, réfléchir et en débattre. C’est pour cela qu’avait souhaité œuvrer Joëlle Bernheim en créant la Maison d’étude juive au féminin (MEJAF) et ce à quoi elle est en train d’aboutir quelques années plus tard avec le soutien de son équipe d’enseignants.

Les étudiantes ont fait leur rentrée après les fêtes de Tichri, la 8e pour la cinquantaine d’inscrites qui suivent entre un et six enseignements par semaine. A ce public s’ajoute celui des séminaires du dimanche et/ou exceptionnels. Un public mixte qui aime ce format et surtout les sujets qui y sont abordés. « Dans notre vie de juif et notre vie dans la communauté, nous sommes en proie avec les questionnements de notre temps et il me semblait important de fonder des réflexions sur les choses qui évoluent autour de nous en exploitant les ressources de nos textes pour créer des espaces de travail et de pensée », explique Joëlle Bernheim. 

   Après les femmes et le féminin l’an dernier, le sujet de cette année touche au cœur puisqu’il concerne la bioéthique. « Produire l’humain, effacer l’humain » veut penser les bouleversements qui sont en train de se produire et qui nous déstabilisent car ils concernent notre idée de la vie, de la mort, de la filiation et de la transmission. « Nous sommes aujourd’hui dans un monde qui s’auto-fonde comme si rien n’avait été pensé avant », déplore Joëlle Bernheim. « Il faut au contraire réfléchir à ce sujet en remettant de la filiation et la généalogie. Celle-ci est bien sûr familiale et génétique, mais il y a aussi une généalogie des valeurs et de la sagesse, une généalogie de la pensée qui part du Sinaï et qui arrive à aujourd’hui. Pour penser le présent, il faut se référer au passé et essayer d’imaginer les conséquences de ce qu’on est en train de poser aujourd’hui. En matière de bioéthique, c’est absolument vital ». 

« La paternité, une aventure spirituelle » est le thème du séminaire de ce dimanche 8 décembre avec Joëlle     Bernheim, Rosine Cohen et le grand rabbin Gilles Bernheim. 


Inscriptions : 07.68.53.92.46. E-Mail : ejaf.bml@gmail.com

Powered by Edreams Factory