Default profile photo

27 Janvier 2020 | 1er, Shevat 5780 | Mise à jour le 27/01/2020 à 16h58

Rubrique Israël

Le Likoud en ordre de bataille

Gideon Saar, une des figures prometteuses de la nouvelle génération du Likoud. (Flash90.)

Entre les primaires pour la direction du parti et la décision attendue de la Cour Suprême sur sa marge de manœuvre politique, Benyamin Netanyahou est la clé de l'avenir du parti conservateur.

Le 26 décembre devait être une échéance décisive pour le Likoud, dont les adhérents devaient départager le président sortant Benyamin Netanyahou et son challenger Gideon Saar. Si une défaite de Netanyahou paraissait peu probable, il n'en reste pas moins que le score réalisé aura une influence sur l'avenir du parti. Si Gideon Saar parvenait à rallier 30 ou 40% des suffrages, cela mettrait un terme à la toute-puissance du Premier ministre israélien, qui dirige le Likoud sans interruption depuis 2006, en faisant émerger un second courant au sein du parti conservateur.

Il y a une dizaine d'années que Gideon Saar est apparu comme une des figures prometteuses de la nouvelle génération du Likoud. Les primaires de 2008 au sein du parti l'avaient même placé en deuxième place derrière Benyamin Netanyahou, attisant la rivalité entre les deux hommes. En 2014, Saar s'était mis en retrait de la vie politique pour "se consacrer à sa famille", mais n'avait jamais fait mystère de son intention de prendre un jour la tête du parti. Réélu sur la liste Likoud depuis avril dernier, Saar a saisi l'occasion de l'inculpation de Benyamin Netanyahou pour réclamer des primaires à la tête du parti. 


Prendre la tête du parti

Et le Likoud aura dû voter sans connaitre l'issue de la requête déposée devant la Cour Suprême, qui doit se prononcer à la fin du mois sur une question déterminante. Un élu sous le coup d'une mise en examen a-t-il le droit de former un gouvernement ? Benyamin Netanyahou de son côté a déjà répondu : "Dans une démocratie, c'est au peuple de décider qui doit le diriger et personne d'autre. Sinon, ce n'est pas une démocratie". Les tensions entre le Likoud et le pouvoir judiciaire sont loin d'être apaisées. 

Powered by Edreams Factory