Default profile photo

08 Août 2020 | 18, Av 5780 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Chabbat Réé : 20h49 - 21h58

Rubrique Judaïsme

Parachath Miketz : L’huile de la sainteté

(Flash90.)

De nombreux textes de la Tradition juive comparent la Thora à toutes sortes de liquides : l’eau, le vin, l’huile, le lait ou encore la rosée. Cette multitude de comparaisons ne traduit pas une incertitude ou une divergence d’opinions. C’est bien plus fin que cela : nos Maîtres viennent plutôt souligner que la Thora, à, travers son caractère infini, possède une dimension « eau », une dimension « vin », une dimension « huile », etc. Pour les commentateurs du texte biblique, Yossef, personnage central de notre paracha, évoque l’huile, expliquent nos Maîtres. Sous l’éclairage des lumières de ’Hanoucca.

L’huile se définit, globalement, par quatre caractéristiques.  A l’origine, l’huile est contenue dans une olive. Pour l’obtenir, on doit écraser ce fruit. Dans un second temps, l’huile évoque la proximité et l’attachement : comme on le remarque aisément, l’huile possède la faculté d’adhérer aux parois sur lesquelles elle se répand. La séparation (ou la distinction) est la troisième propriété de l’huile qui, quand elle est associée avec un autre liquide, finit par se dissocier de lui quand le mélange est au repos. Enfin, on retrouve dans l’huile l’idée d’élévation puisque le mélange de l’huile et de l’eau (ou d’un autre liquide) produira au final une distinction entre eux mais qui placera l’huile au-dessus de l’eau. 


Le pardon

La coïncidence, agencée du Ciel, entre Yossef et la période de ’Hanoucca est porteuse, pour nos Maîtres, de nombreux enseignements qu’il nous faut décrypter rigoureusement : si Yossef évolue durant cette fête, c’est pour essentiellement nous faire comprendre que la personnalité et l’action de Yossef ont un rapport étroit avec ’Hanoucca. La première caractéristique nous renvoie à l’humilité puisque pour donner de l’huile, l’olive doit être écrasée. Yossef aussi, fut « écrasé » durant une grande partie de sa vie, par ses frères, une situation qui le conduisit à une grande humilité. Aucune trace d’orgueil n’habitait sa personne puisqu’il fut capable, degré suprême d’humilité, de pardonner à ses frères et de n’exercer aucune vengeance à leur égard. 


La plus haute sainteté

Mais il y a plus : il pardonna leur méfait et fit le Bien en leur offrant un lieu à l’abri de la famine. Ne pas se venger est un acte hautement méritoire mais faire le Bien après le Mal dépasse les limites de la nature humaine. Il y a là une forme d’amour exceptionnelle que l’on retrouve, allusivement, dans l’huile qui adhère aux parois du récipient dans laquelle elle est versée, comme si elle faisait « un » avec le récipient. La troisième caractéristique de l’huile, la séparation, évoque l’action de Yossef qui malgré son séjour dans le pays le plus dépravé du monde, parvint non seulement à se séparer de son influence mais aussi et surtout à éduquer ses deux enfants dans cet esprit. Quant à la dernière caractéristique de l’huile qui s’élève au-dessus de l’eau, il faut voir là la finalité de l’action de Yossef : préparer la sortie d’Egypte pour entraîner le don de la Thora qui élèvera Israël vers la plus haute sainteté.

Powered by Edreams Factory