Default profile photo

03 Avril 2020 | 9, Nisan 5780 | Mise à jour le 02/04/2020 à 20h28

Rubrique Communauté

Raphy Marciano : « L’Alliance croit en l’élitisme pour tous »

(DR)

Lundi 10 février, dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris aura lieu le gala des 160 ans de l’Alliance israélite universelle. Son directeur général détaille cet événement qui coïncide avec la fête de Tou Bichvat.

Actualité Juive: Pourquoi avoir choisi de placer ce gala sous le signe de la nature ?

Raphy Marciano : L’Alliance israélite universelle a cette tradition d’organiser tous les deux ou trois ans un gala au profit de ses institutions. La date choisie pour le gala qui marque les cent soixante-ans de l’Alliance cette année, le 10 février, coïncide avec celle de la fête de Tou Bichvat. Il paraissait donc judicieux de placer celui-ci sous le signe de la nature. Tout a été organisé autour de cette célébration de la nature, aussi bien le débat, le repas – végétarien - que le carton d’invitation qui est imprimé sur un papier recyclé. Ainsi marquerons-nous Tou Bichvat au cœur de Paris, tout comme le feront nos élèves dans toutes nos écoles. Les textes fondamentaux du judaïsme nous demandent de préserver la nature et les arbres fruitiers. Nos Sages rappellent d’ailleurs cette anecdote : « Si quelqu’un vient te dire que le Machia’h est arrivé alors que tu es en train de planter ton arbre, tu dois d’abord finir de le planter avant d’aller accueillir le Machia’h ». C’est dire toute l’importance que notre tradition attache à la préservation de la nature. L’homme est l’associé de Dieu pour terminer ce qu’il a commencé à bâtir en créant le monde. Il est « comme un arbre des champs », comme il est écrit dans le Livre de la Genèse. 


A.J.: Comment va se dérouler cette soirée ? 

R.P. : Ce gala va réunir des personnalités du monde politique, rabbinique et artistique. Il se déroulera en deux temps. Un débat d’abord entre Daniel Cohen-Bendit, Corinne Lepage et le grand rabbin Olivier Kaufmann. Ils analyseront la vision du judaïsme sur l’environnement. La seconde partie de la soirée sera consacrée au dîner spécialement élaboré à partir des richesses de la nature et au cours duquel d’autres personnalités dont Alain Finkielkraut prendront la parole. 


A.J.: Après 160 ans d’existence, quels sont les défis que l’Alliance doit relever ? 

R.M. : En 1860, les pionniers de l’Alliance, visionnaires, avaient compris que l’éducation était fondamentale et qu’elle représenterait le socle du peuple juif pour le sortir de sa situation, que ce soit dans les Balkans ou en Afrique du Nord. L’Alliance a été précurseur dans la scolarisation des petites filles. Toute émancipation et réussite passent par l’éducation et la culture. Cette idée se concrétise toujours 160 ans plus tard. Elle représente aussi une action sociale. Au Maghreb par exemple, l’enseignement de l’Alliance a permis de sortir de la pauvreté de nombreuses communautés. Aujourd’hui, l’Alliance a pour principe de développer un élitisme pour tous. C’est transmettre une connaissance, une éducation, enseigner un judaïsme pluriel, rayonnant et lumineux adossé à une culture générale qui permet d’être les meilleurs dans ce que l’on choisit. 


  1. Renseignements : aiu.org
Powered by Edreams Factory