Default profile photo

18 Février 2020 | 23, Shevat 5780 | Mise à jour le 12/02/2020 à 17h37

Rubrique Israël

Historique : Israël accueille plus de 45 Chefs d’Etat étrangers

Yad Vashem

Le cortège de Chefs d'Etat attendu le 23 janvier à Yad Vashem est d'abord un message de solidarité d'Israël vers les communautés du monde pour la mémoire et contre l'antisémitisme. C'est aussi une gigantesque opération logistique.

« Se souvenir de la Shoah, combattre l'antisémitisme ». A Jérusalem, l'événement organisé par la Fondation pour le Forum mondial sur la Shoah et le Mémorial de Yad Vashem est certainement l'un des plus impressionnants qu'ait connu la capitale israélienne. C'est le président de l'Etat d'Israël qui est l'hôte de plus de quarante chefs d'Etat et de gouvernement qui ont répondu présent. Outre les dirigeants actuels des puissances alliées de la Seconde Guerre mondiale et le président allemand, presque tous les pays d'Europe et même le Vatican, l'Australie et l'Union Européenne ont dépêché des émissaires.

Les organisateurs eux-mêmes reconnaissent qu'ils ne croyaient pas à autant de réponses positives. Même si décidément, ce ne sont que des événements tragiques qui amènent en masse les chefs d'Etat étrangers en Israël, comme ce fut le cas lors des funérailles d'Itzhak Rabin ou de Shimon Pérès. Ce qui n'ôte rien à l'importance de ce sommet mondial mobilisé pour la mémoire et la lutte contre le fléau de la haine antijuive. 

 Les cérémonies qui vont se dérouler au Mémorial de Yad Vashem verront se succéder les discours du président et du Premier ministre israéliens, du vice-président des Etats-Unis, du président russe Poutine, du président Macron, du prince Charles et du chef de l'Etat allemand. Devraient également intervenir l'ancien grand rabbin Israël Meir Lau, lui-même rescapé de la Shoah et les organisateurs de l'événement Moshe Kantor et Avner Shalev. 

Les hôtes participeront ensuite à des dépôts de gerbes devant le Monument du souvenir du soulèvement du Ghetto de Varsovie. La cérémonie s'achèvera sur la prière du Kaddish prononcée par un survivant. Auparavant, le président Macron se sera rendu au Mémorial de la déportation des Juifs de France à Roglit.

L'événement n'est pas seulement symbolique et diplomatique, il est aussi hautement sensible. Le président allemand Steinmeier a préféré l'anglais pour son discours à Yad Vashem. Le service du protocole a soigneusement élaboré le plan de table des chefs d'Etat lors du dîner donné en leur honneur par Reuven Rivlin. Quant au président polonais, dont la vision historique se heurte à celle d'Israël, mais aussi de la Russie et de l'Allemagne, il a choisi de boycotter Jérusalem.

Certains dirigeants comme Emmanuel Macron devraient également s'entretenir en marge des cérémonies avec le chef de l'Autorité Palestinienne et avec des personnalités israéliennes telles que Benny Gantz. 

Plus de six mille policiers sont mobilisés pour sécuriser le séjour des leaders étrangers et gérer le casse-tête pour la population de Jérusalem alors que de nombreux axes seront interdits à la circulation lors du passage des cortèges.

Powered by Edreams Factory