Default profile photo

18 Janvier 2020 | 21, Tevet 5780 | Mise à jour le 15/01/2020 à 17h37

Rubrique Moyen-Orient/Monde

La politique étrangère agressive de l'Iran, une énigme pour l'Occident

L'Iran déverse avec constance des milliards de dollars aux milices qui agissent en dehors de leur territoire : Hezbollah au Liban, Houtis au Yémen, factions pro-iraniennes en Irak, djihad islamique et Hamas à Gaza. Il s'efforce de s'implanter militairement de manière durable en Syrie, il s'arc-boute derrière son programme nucléaire et développe des missiles balistiques. Devant la dégradation économique du pays sous le coup de sanctions, le peuple iranien descend dans la rue et demande du pain, de l'essence à un prix abordable. Tout cet argent dépensé à l'extérieur pourrait servir à améliorer le sort du peuple iranien. Quelle est cette logique qui semble contraindre les autorités iraniennes à agir de la sorte ? Pour l'Occidental c'est une énigme.

Les Ayatollahs à la tête de la République islamique d'Iran croient en l'existence d'Allah, ce sont des hommes de foi, des théologiens érudits dans la loi islamique chiite. Au contraire de l'Occidental qui a jeté Dieu aux oubliettes, ils voient le monde au travers du prisme de la religion. Des divergences théologiques caractérisent les branches chiites et sunnites, elles n'accordent pas d'importance aux mêmes Hadîths (tradition orale de faits et paroles rapportés au nom du prophète Mahomet). L'islam chiite a retenu un millier de Hadîths portant sur les temps messianiques; dans le monde sunnite ces Hadiths sont réduites au nombre de 4. La révolution islamique en Iran a donné le pouvoir politique aux clercs religieux et c'est pour eux l'occasion de réaliser la voie d'Allah, selon leur croyance. Avant et après leur accession au pouvoir, les guides suprêmes Khomeini et Khamenei ont mis en avant leur préoccupation messianique dans leurs textes (velayat-e faqih: le Gouvernement du juriste, 1970) et leurs sermons (par ex. du 04.06.2015, www.youtube.com/watch?v=7-87w3jBSH8). Ce temps messianique est annoncé par un temps apocalyptique qui aura lieu lors d'une époque de grande dégradation morale avant l'avènement du Mahdi, l'imam caché de la tradition chiite, le messie des autres traditions. Ce temps apocalyptique verra une confrontation entre Juifs et Musulmans et la Hadîth rapporte "Vous combattrez les Juifs et aurez le dessus sur eux de sorte que la pierre dira : ô Musulman ! Voici un Juif caché derrière moi, viens le tuer". L'arme nucléaire, la bombe atomique, est une source de destruction de type apocalyptique. Les généraux des Ayatollah répètent à l'envi qu'Israël est un petit pays, le pays qu'une seule bombe atomique suffit à anéantir.

L'argent des mollahs va au développement d'un programme nucléaire qui se dit civil, alors que l'Iran est le 5è et 3è producteur mondial en pétrole et en gaz et que ses réserves sont immenses, d'un programme de missiles balistiques à capacité nucléaire d'une portée supérieure à 1300 kms, distance qui sépare l'Iran d'Israël, au financement de milices chiites qui prennent Israël et l'Arabie saoudite en tenaille. Effacer Israël de la carte du monde, la Hadîth aide à comprendre l'obsession de type messianique, mais pourquoi s'attaquer à l'Arabie saoudite, hôte des lieux saints islamiques ? C'est que l'islam chiite qui ne représente que 15% de la population musulmane mondiale a été durant des siècles durement maltraité par les sunnites. Les chiites ont donc de vieux comptes à régler avec les sunnites et l'heure de la revanche a sonné. C'est une grande souffrance pour les chiites que de voir les principaux lieux saints de l'Islam, la Mecque et Médine, aux mains des sunnites, ces kaffir (mécréants) et non en leurs mains propres.



Toutes les dépenses militaires des Ayatollah participent de leur croyance et de leur foi

L'Occident, tout à la recherche de la prospérité, de la liberté et des droits universels de l'homme ne peut même pas envisager l'idée que hâter la venue d'un temps messianique soit un but politique en soi, un objectif si essentiel qu'un Etat lui dédie des moyens financiers démesurés au détriment du bien-être de sa population. La logique n'est certes pas occidentale mais la cohérence interne est impeccable pour celui qui veut bien se donner la peine de rentrer dans le système de valeurs du pouvoir iranien. Et c'est exactement là que se joue le conflit de civilisations, la totale incompréhension. Toutes les dépenses militaires des Ayatollah participent de leur croyance et de leur foi, elles reflètent l'Essence de leur vision politique et religieuse du monde, il ne peut en être autrement. Que compte la vie d'un être humain et son bien-être lorsqu'il s'agit de s'inscrire définitivement dans l'Histoire avec un grand H au service d'Allah; en témoignent la centaine de milliers de petits martyrs iraniens de 13-14 ans envoyés s'exploser sur les mines de Saddam Hussein avec une clé du paradis autour du cou. Les temps messianiques, c'est précisément ce qu'a invoqué Esmail Ghaani, le fraîchement nommé Major Général de la force Qods (Jérusalem en arabe) devant le cercueil de son chef Qassem Soleimani, au sommet de sa douleur : "nous allons chasser les Américains de la région et…. faire venir le règne sur le monde de l'imam caché", le Mehdi, le messie (www.memri.org/tv/clip # 7696, 06.01.2020). Si l'Occidental prenait la peine d'écouter et de prendre au sérieux la parole des Ayatollahs iraniens, la politique agressive de l'Iran ne lui serait plus une énigme.

Powered by Edreams Factory