Default profile photo

07 Juin 2020 | 15, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Béhaalotékha : 21h36 - 23h01

Rubrique Régions

Marseille : Réouverture du Mémorial des Déportations

Crédit : DR

Après plus de sept ans de fermeture, le Mémorial des Déportations anciennement Mémorial des camps de la mort reprend du service au profit de tous pour mieux appréhender cette douloureuse période des rafles dans la cité phocéenne.

Toujours sur le même emplacement, le Mémorial des déportations jouxte le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), et devient désormais rattaché au Musée d’Histoire de Marseille. Ce nouveau projet a pour vocation de s’intéresser aux politiques de déportations mises en œuvre à Marseille et sa région, plus particulièrement entre 1942 et 1944. Symboliquement le bâtiment choisi est un ancien bunker construit par les Allemands lors de l’occupation de la ville. Ce lieu de transmission de la mémoire fut inauguré le 27 avril 1995 par l’ancien maire de la ville, Robert Vigouroux. « Je désire qu’en cette ville s’ancre à jamais le souvenir de l’atroce, de l’inhumain vécu par une génération… Mort programmée et scientifiquement organisée », disait-il. Sa fermeture momentanée mais trop longue avait mobilisé les Marseillais dont d'anciens déportés, des élus et des responsables communautaires.

Aujourd’hui et depuis son ouverture, des voix s’élèvent pour rappeler l’importance de ce véritable outil pédagogique. Lors de la réouverture en fin décembre, Denis Torros Mater, arrêtée comme juive à 16 ans en avril 1944 par la police française et déportée à Auschwitz avec son frère ainsi que sa grand-mère, sa mère et son père anciens combattant de 14-18 qui n’en reviendront pas, a témoigné : « Pour la mémoire et pour que cela n’arrive plus, ce type de musée est essentiel. » Présent également le maire de la ville Jean-Claude Gaudin a souligné : « Nous devons ensemble nous souvenir de la Seconde Guerre mondiale, de l’Europe dévastée, des millions de Juifs exterminés et des millions de personnes déportées. » Sur trois étages, le Mémorial des Déportations propose un parcours gratuit sur les traces des Marseillais victimes de la folie nazie, avec photos, vidéos, portraits de déportés choisis par des historiens, et le mur des Noms sur lequel figure 4 106 déportés de Marseille. Un parcours qui tout au long de l’année 2020 va s’enrichir par de nouveaux contenus sur cette période de l’histoire de France.

Powered by Edreams Factory