Default profile photo

21 Septembre 2020 | 3, Tishri 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Chabbat Haazinou - Chabbat Chouva : 19h06 - 20h09

Rubrique Communauté

Reconnaissance : Julien Roitman reçoit le titre de « Haver »

(DR)

Pour la première fois depuis quarante ans, la communauté ACTI de la rue Montevideo va honorer l’un de ses membres du titre de ‘Haver. Julien Roitman recevra dimanche 16 février son diplôme des mains du grand rabbin de France Haïm Korsia.

C’est une distinction prestigieuse de la tradition ashkénaze en particulier du judaïsme allemand depuis le XIVe siècle qui désigne un juif reconnu pour son érudition et son comportement. 

Dimanche 16 février, la communauté Ohel Avraham de la rue Montevideo en coordination avec le grand rabbin de France Haïm Korsia et le grand rabbin Alain Goldmann, décerneront le titre de « Haver » à Julien Roitman pendant une cérémonie. « Dans notre communauté, Haver est un titre honorifique décerné à une personne conjuguant la pratique d’un judaïsme orthodoxe et la contribution au développement de la société dans laquelle il vit, explique le rabbin Jacky Milewski. Il exprime pour nous la reconnaissance de nos membres pour l’implication de Julien Roitman dans différents domaines, éducatif, social, hazanout et de l’enseignement de la Torah ». 

Fils du grand rabbin Paul Roitman, Julien Roitman est engagé depuis son plus jeune âge dans l’action communautaire. Il avait notamment interrompu sa préparation aux grandes écoles pour accomplir son service militaire en Israël dans le cadre de l’accord franco-israélien avant de revenir à Paris reprendre ses études. Il obtiendra une maîtrise de physique et un diplôme d’ingénieur en même temps que la direction du Bné Akiba. 


Une distinction rare et précieuse

Julien Roitman mènera de front sa vie professionnelle et son engagement juif. Il n’hésitera pas à payer de sa personne, repoussant même ses fiançailles pour se rendre en URSS dont il arpentera les principales villes pendant toutes les fêtes de Tichri afin de porter soutien aux refuzniks. S’intéressant à l’éducation juive depuis la scolarisation de ses enfants, il fut appelé au conseil d’administration de l’école Lucien de Hirsch par Alain de Rothschild à qui il succédera ensuite comme président. 

Il entre à la même époque au comité exécutif du FSJU où il crée le GIC Enseignement et fonde l’Association des écoles juives autonomes avec une démarche qu’on retrouvera chaque fois chez lui : renforcer ce qui existe en le portant à son meilleur, créer ce que le besoin appelle et identifier le bon successeur pour prendre la suite.  

Julien Roitman poursuit dans le même temps sa carrière à IBM où il terminera directeur général. Il présidera après l’Association des ingénieurs Supélec puis le Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France dont il reste Président honoraire. En 2018, l’Union IHEDN (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale) lui demande de créer une Commission Cyberstratégie qu’il anime encore à ce jour. Il est aussi depuis des années secrétaire général de la Fondation Casip-Cojasor et administrateur de la Fondation Gordin.

Fidèle régulier de sa synagogue Ohel Avraham, Julien Roitman est l’héritier d’une longue tradition familiale de baalei tefilah, y compris pour Rosh Hashanah et Kippour, conduisant les offices d’abord au minyane de la rue Martel, plus tard à Michkenot Israël et enfin à l’office sfard de la rue Montevideo. Il donne aussi chaque semaine depuis onze ans un cours de Michna à la demande du rabbin Milewski. 

Powered by Edreams Factory