Default profile photo

04 Décembre 2020 | 18, Kislev 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Communauté

Meir Panim, une histoire de famille

Jocelyne Sznabel (DR)

A quelques semaines du 22e gala de Meir Panim-France au Cirque d’Hiver dimanche 8 mars de 10h à 13h, les réservations tardent à arriver mais comme toujours, Jocelyne Sznabel reste confiante.

Elle est le visage bienveillant de Meir Panim-France, une femme convaincue et convaincante qui sous son apparente décontraction, cache l’anxiété commune aux personnes dont l’engagement social est une manière de vivre. Quand on le lui demande, elle vous dit que oui, ensuite que non. Ensuite encore, que c’est pour la bonne cause. La sienne, c’est l’association Meir Panim à qui elle envoie chaque euro collecté en France sans ponction de quoi que ce soit : tout est bénévole. 

A l’approche de Pourim, Jocelyne Sznabel a voulu mettre les enfants à l’honneur. Son gala aura lieu dimanche  8 mars au Cirque d’Hiver Bouglione pour l’enfance défavorisée en Israël. « Pourim est une fête où les enfants sont au cœur, on les déguise, on leur fait des cadeaux alors j’ai voulu leur rendre hommage », explique-t-elle à Actualité juive. « En venant avec leurs enfants, les parents feront d’une pierre deux coups. Même trois. Voir leurs enfants recevoir d’innombrables cadeaux, assister à 2 heures de spectacle magnifique et soutenir les Israéliens qui vivent dans la précarité ».  

Passer du dîner des chefs étoilés au cirque fait parler, mais la présidente de l’association laisse passer. « Au début, on me disait que les galas étaient accessibles à tous, ensuite qu’ils devenaient très sélects et que le prix des places était trop cher. J’écoute ce que les gens disent mais je suis cramponnée à mon objectif qui est d’envoyer un maximum d’argent en Israël et c’est tout ». 

Jocelyne Sznabel réfléchit presque en repas par argent collecté depuis ce jour il y a vingt ans où « par hasard » son frère Shaul lui a fait découvrir un des restaurants à Jérusalem. « Il m’a dit, je vais te montrer un endroit et tu vas me dire ce que tu en penses ». Saisie par la normalité de ce restaurant (du cœur) comme les autres, et également par d’autres signes plus personnels sur le chemin vers les responsables israéliens de Meir Panim, elle prend la charge de promouvoir l’association en France. 


Lutter contre la précarité


« Par hasard » encore, elle est à ce moment-là à Jérusalem en même temps que le rabbin Josy Eisenberg qui filme l’association pour son émission « La source de vie » sur Antenne 2. Banco. Il annonce l’ouverture d’une antenne française et diffuse le numéro de Jocelyne Sznabel. Le standard explose. Un concert liturgique est organisé à la grande synagogue de la Victoire pour marquer le lancement. La synagogue est pleine, le succès retentissant. 

Depuis 20 ans, la famille Meir Panim grandit autour de Jocelyne et ses frères Shaul et Roland Lévy. « Nous sommes tous très liés et je pense aussi aux amis : Raphy Marciano, Maurice Podembski, Adolphe Attia, on s’est connus en s’occupant d’enfants défavorisés de la colo Ahavat Ayeled dirigée par Lolo Habibzl. Avec Manu Chouchana aussi, on s’occupait de ces gamins. Cet engagement ne nous a jamais quittés ». Jocelyne Sznabel est quasiment née dedans avec un père responsable de l’Hachomer Hatzaïr en Tunisie qui aidait les jeunes à partir en Palestine de l’époque. « Oui, je crois que nous sommes nés dedans ». Et elle sourit... 


(1) Réservations : 01.42.25.59.27. 

Site : meirpanim.fr

Powered by Edreams Factory