Default profile photo

06 Juillet 2020 | 14, Tammuz 5780 | Mise à jour le 05/07/2020 à 22h22

Jeûne du 17 Tamouz : 03h25 - 22h45

Rubrique Communauté

L’EJA se mobilise contre l’antisémitisme

La ministre de la Justice Nicole Belloubet avec le rabbin Menahem Margolin (EJA) et le président du Consistoire central Joël Mergui (ALAIN AZRIA.)

« Juifs d’Europe, unis pour un meilleur avenir », tel était le thème de la conférence annuelle de l’EJA (European Jewish Association) qui s’est tenue les 24 et 25 février à Paris dans le nouveau Centre européen du judaïsme.

Organisée par le rabbin Menachem Margolin, président de l’EJA, en collaboration avec Joël Mergui, président du Consistoire central et du rabbin Slomo Köves président de l’APL (Action and Protection League), cette conférence qui a réuni des centaines de participants venus de toute l’Europe (diplomates, ministres, représentants du parlement) avait pour but de combattre l’antisémitisme en faisant pression sur les gouvernements des pays européens. Elle marquait aussi « le véritable lancement du Centre européen du judaïsme qui est une plateforme d’échange et de dialogue pour les communautés et les associations juives du Vieux continent », a déclaré Joël Mergui.  

« Il est crucial que dans chaque gouvernement, il y ait des coordinateurs sur la question de l’antisémitisme car nous ne pouvons pas éradiquer tout seul ce fléau. Nous devons passer le relais aux gouvernements de chaque pays. Le temps n’est plus à la réflexion mais à l’action », a insisté le rabbin Margolin. 

Le plan d’action prévoit la signature par chaque pays d’une charte sur l’antisémitisme. Il prévoit aussi de travailler avec les gouvernements sur l’éducation et l’enseignement de la contribution du peuple juif à l’Europe. Et de renforcer la législation sur trois fronts : punir l’utilisation des clichés antisémites, donner plus de ressources à l’enseignement de l’holocauste et interdire la commercialisation des insignes nazies. 

Se sont succédé à la tribune des délégués de communautés européennes et des représentants de plusieurs gouvernements autour de thèmes tels que la protection des communautés, l’éducation, la culture juive et l’antisionisme. 

Cet événement intervient dans un contexte particulièrement alarmant pour les juifs de l’Union européenne (UE). Dans de nombreux pays, les actes antisémites recensés sont en hausse, et les enquêtes d’opinion font état de la progression des stéréotypes antisémites. Fin 2018, une étude de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE auprès de 16 000 juifs d’Europe avait permis de mesurer le sentiment d’inquiétude croissant qui conduisait 38 % d’entre eux à avoir envisagé d’émigrer.

Les chiffres sont éloquents : en Grande Bretagne, le nombre d’actes antisémites a plus que triplé en six ans, mais c’est en Autriche que la situation est la plus préoccupante : en 2018 on recense 61 actes antisémites pour un million d’habitants quand on n’en compte que 8 pour un million en France. Parmi les personnalités présentes, la maire de Paris Anne Hidalgo a ouvert la conférence en déclarant : « Qui condamne les juifs, condamne Israël. Si vous lâchez  1 cm de terrain sur la question de l’antisémitisme, c’est la République tout entière qui recule ».

En inaugurant cette plateforme d’échanges entre les différentes communautés juives d’Europe, l’EJA a fait un premier pas.

Powered by Edreams Factory