Default profile photo

23 Septembre 2020 | 5, Tishri 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Chabbat Haazinou - Chabbat Chouva : 19h06 - 20h09

Rubrique Communauté

David Uzan, lauréat du Prix Tenoudji

David Uzan avec Sidney Tenoudji et Jo Toledano (Alain Azria)

Parmi les lauréats du Prix Tenoudji pour la vocation éducative juive : la réalisatrice Sophie Nahum, l’OSE, le couple Maddie et Edmond Elalouf et David Uzan, directeur de l’école Aquiba de Strasbourg. Ils ont reçu leur prix au cours d’une cérémonie en présence de la famille Tenoudji, notamment son fils Sidney et sa petite-fille Laura, et de tous les responsables du FSJU.

Pour cette école emblématique fondée après-guerre dans le cadre de la reconstruction du judaïsme français sous l’impulsion du grand rabbin Abraham Deutsch, c’est une reconnaissance. 

D’abord dirigée par Benjamin (Benno) Gross, l’école a introduit progressivement les matières générales aux enseignements juifs. Elle passa de 30 élèves en 1948 à 60 l’année d’après, puis 150 quelques années plus tard et 600 en 1973. Dans les années 60, l’école Aquiba accueillit de nombreux enfants originaires d’Algérie dont les familles venaient d’arriver en France. 

David Uzan est directeur de l’établissement depuis 2010 mais il y est enseignant depuis 1993. Très imprégné des principes d’éducation portés par Benno Gross, il confiait dans un entretien à Actualité juive que ces valeurs valaient pour lui « ordre de mission. Nous avons eu un lien très fort. J'ai aimé lui montrer que je voulais être, humblement, une sorte de continuateur. Je me souviens qu'il m'avait dit un jour au téléphone : Ton travail est plus difficile que le mien. Moi j'avais tout à construire, toi tu dois maintenir ce qui est construit ».

Benno Gross, ajoutait David Uzan, voulait « bâtir une école juive et pas une école de juifs. L'horizon n'est pas une école à caractère ethnique mais une école où les idées importantes de la tradition juive peuvent construire des hommes et des femmes ancrés dans leur judaïsme et utiles à la cité ». Il disait enfin qu’il ne fallait jamais « oublier que l’éducation n’a pas pour fin l’enfant mais l’homme adulte qu’il sera plus tard. Voilà une chose à laquelle nous devrions tous réfléchir ».

Powered by Edreams Factory