Default profile photo

10 Juillet 2020 | 18, Tammuz 5780 | Mise à jour le 10/07/2020 à 14h53

Chabbat Pin'has : 21h35 - 22h56

Rubrique Culture/Télé

Dani Lary : « Je rêverais de jouer devant le public israélien »

Natif d’Oran en Algérie, Dani Lary est un magicien reconnu dans le monde entier. Après une enfance à Roman-sur-Isère dans la Drôme. Lui, qui a toujours su qu’il voulait faire de la magie, réalise son rêve en côtoyant les plus grands. Il réalise les numéros de magie de « Le plus grand cabaret du monde » de Patrick Sébastien pendant plus de 20 ans. Il sillonne le monde entier avec ses spectacles. Rencontre avec un vendeur de rêves.

Actualité Juive: Qu’est-ce qui vous a amené à faire de la magie ? 

Dany Lary : C’est le rêve de choses inaccessibles, c’est ma manière à moi de fuir le monde. Je suis encore un gamin, pourtant, j’ai déjà 61 ans. Depuis l’enfance, je suis fasciné par le mystère, le merveilleux. Mon premier déclic fut à 8 ans, j’ai fait mon premier tour et toute la famille fut émerveillée, « T’es champion du monde à 8 ans, tu as impressionné ton père ». J’ai voulu continuer. J’étais fasciné par la grande illusion, par «Charlie et la chocolaterie». Plus tard, j’ai rencontré l’arrière-petite-fille d’Houdin, un très célèbre illusionniste français, elle m’a confié tous ses livres(600). J’avais les yeux qui brillaient comme un gamin.

 

A.J.: Vous n’étiez pas très bon élève à l’école, que diriez-vous à un enfant qui a des difficultés scolaires aujourd’hui ?

D.L : J’étais fasciné par la magie, je ne pensais qu’à ça. Bien entendu, mes parents étaient inquiets car l’école m’intéressait moins. Les professeurs savaient que j’étais dégourdi quand même. Je suis la preuve vivante, qu’on peut réussir sans hautes études, la preuve de réussite en vivant son rêve.


A.J.: Qu’avez vous appris avec Siegfried et Roy ?

D.L : Ils sont les plus grands magiciens de Las Vegas, leurs show sont connus dans le monde entier et c’est moi qui les ai formés. A 32 ans, j’ai été engagé pour leur numéro final magique et extraordinaire : La boule d’eau. Ce numéro a duré près de 10 ans. On m’a proposé de rester sur place, j’ai choisi la liberté de tourner dans le monde entier.


A.J.: Parlez-nous de votre nouveau projet «Tic-Tac »*, est-ce un retour à l’enfance ?

D.L : C’est le spectacle qui raconte ma vie. Je suis à un moment de ma vie où il faut savoir d’où on vient, ce qu’on a fait, ce qui a réussi et ce qui a raté. J’ai réalisé mon rêve. Grâce à ce rêve, je suis devenu célèbre, j’ai travaillé dans le monde entier. J’ai ma propre salle de spectacle, je fais travailler beaucoup de monde, j’ai des semi-remorques pour déplacer mes décors. Je vis le rêve d’un gamin qui a réussi par sa volonté et son acharnement. Je souhaitais restituer cela au public qui m’a toujours suivi depuis mon premier spectacle.


A.J.: Avez-vous joué vos spectacles en Israël ?

D.L : J’y suis souvent allé et j’aime ce pays si cher à mon cœur.  Je rêverais d’y jouer devant le public, cependant, les problèmes logistiques sont complexes. Faire voyager mes décors par avion est une gageure. Avis aux amateurs, je suis partant. 


A.J.: Vous construisez vous-même vos spectacles depuis Barbières dans la Drôme, près de Roman où vous avez passé votre enfance.

D.L : Naturellement, je suis un spécialiste de la grande illusion, mes spectacles nécessitent une grande quantité de matériel. Il me fallait une immense salle avec du volume, ce fut une ancienne usine. Je l’ai utilisée d’abord pour les répétitions avant de l’ouvrir au public. « Les ateliers magiques » sont ouverts au public deux fois par mois, on peut y manger et voir de magnifiques spectacles. 


A.J.: Quand on a travaillé avec les plus grands et fait des tournées dans le monde entier, est-ce facile de continuer à surprendre le public ?

D.L : Ah oui, le public, c’est une nouvelle expérience à chaque fois. « Tic-Tac », mon dernier spectacle, c’est la sincérité.  C’est Dany Lary au naturel, en vrai. C’est pour moi une véritable remise en question, je ne joue plus, j’explique ma vie et ma carrière et j’ouvre mon cœur. 


A.J: Quels sont vos projets ?

D.L : Je lance mon fils à la fin de mon spectacle, j’aime ces moments de transmission. Puis, après, je m’occupe à plein temps de la salle de Barbières, je veux en faire un lieu où le public peut venir souvent et découvrir la magie… et des spectacles. La magie est une affaire de famille, une affaire de transmission. 


www.dani-lary.com

Les ateliers magiques de Dani Lary, 20 grande Rue à Barbières. Spectacle « Tic Tac »* au Casino de Paris le 22 février et en tournée à travers la France actuellement.

Powered by Edreams Factory