Default profile photo

29 Mai 2020 | 6, Sivan 5780 | Mise à jour le 28/05/2020 à 09h56

1er jour de Chavouot : 21h25 - 22h48

Rubrique Judaïsme

Parachath Ytro : Le respect de ses parents

Crédit JAMES TiSSOT.

A propos du cinquième commandement qui nous ordonne de respecter notre père et notre mère, le Rambane (1) écrit qu’il fait partie intégrante du respect que l’on doit aussi au Créateur. L’affirmation a de quoi surprendre : pourquoi ce commandement plus que d’autres, est-il indissociable du respect que l’on doit à D.ieu ?

C’est le Rambane, lui-même qui répond à cette question. Il divise les dix commandements en deux parties, les cinq premiers concernent les rapports entre D.ieu et l’homme alors que les cinq derniers régissent les rapports entre les hommes. Or, le respect des parents se trouve parmi les cinq premiers alors qu’il caractérise la nature d’un lien entre des êtres humains ! La réponse à cette difficulté se trouve dans le Talmud (2) qui affirme qu’il existe trois associés (3) à la création de l’homme… et lorsqu’un individu respecte son père et sa mère, D.ieu, lui, compte comme si c’est Lui-même qu’il avait respecté.


Honorer les astres


Un peu plus loin, le Talmud (4) rapporte que lorsque D.ieu prononça les deux premiers commandements (5), les nations du monde affirmèrent que par ces commandements, D.ieu recherchait une gloire personnelle. Mais lorsqu’elles entendirent le commandement du respect des parents, elles comprirent la valeur réelle des deux premiers qui n’étaient nullement liés à un honneur que recherchait le Créateur. Il faut noter, précisent les commentateurs du Talmud, que la pensée première des nations découlait de leur tendance à l’idolâtrie. Comme l’explique le Rambam (6), elles pensaient que puisque les astres avaient une fonction importante dans la gestion de l’univers, comme associés à D.ieu, il fallait, eux aussi, les honorer. Mais quand elles virent que D.ieu interdit de servir le soleil, la lune et le étoiles, elles pensèrent qu’Il proclamait cette interdiction par jalousie. Puis quand elles entendirent le commandement du respect des parents, elles comprirent qu’il n’y avait pas de gloire personnelle puisque D.ieu associait Son honneur à celui des parents.


Un pouvoir infini


Cette réflexion suscite tout de même une interrogation. Quelle différence sépare les astres des parents ? Nous venons de voir, selon le Talmud et le Rambam, que les astres et les parents sont appelés « associés » et qu’il existe donc un risque de faire des parents un objet d’idolâtrie  ! Comme le firent les premiers hommes qui donnèrent aux astres une valeur intrinsèque pour, avec le temps, oublier D.ieu, nous pourrions faire de même avec les parents en leur donnant un respect excessif et oublier que D.ieu est à l’origine de leur existence ! Il est vrai que les deux sont des intermédiaires mais les astres n’ont réellement aucun pouvoir alors que les parents possèdent un libre arbitre : celui de se marier et d’avoir des enfants et pour cet engagement, ils méritent que les enfants leur témoignent respect et reconnaissance. Bien plus : toute créature est, par essence limitée et finira tôt ou tard par disparaître. Mais les parents font exception à la règle car ils possèdent le pouvoir d’enfanter à l’infini, révélant la trace du divin en eux. C’est pourquoi en respectant ses parents, c’est aussi la grandeur de D.ieu que l’on met en avant. 


Notes

(1) Plus connu sous, le nom de Na’hmanide (1194-1270)

(2) Traité Kiddouchine, p. 30b

(3) L’homme, la femme et D.ieu

(4) Traité Kiddouchine, p. 31a

(5) Je suis Hachem ton D.ieu et Tu n’auras pas d’autres D.ieu que Moi etc.

(6) Michné Thora, Lois de l’idolâtrie


Powered by Edreams Factory