Default profile photo

09 Juillet 2020 | 17, Tammuz 5780 | Mise à jour le 07/07/2020 à 15h06

Chabbat Pin'has : 21h35 - 22h56

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Egypte : Hosni Moubarak, la mort du sphinx

(DR)

L'ancien président égyptien avait régné trente ans sur son pays avant d'être renversé par le Printemps arabe. Il avait aussi maintenu la «paix froide» avec Israël.

«Il était un ami personnel, un leader qui a conduit son peuple vers la paix et la sécurité, vers la paix avec Israël». Benyamin Netanyahou a été l'un des premiers dirigeants à adresser un message de condoléances après l'annonce de la disparition de Hosni Moubarak, le 25 février, à l'âge de 91 ans. 

L'ancien pilote était à la tête de l'armée de l'air égyptienne lors de la guerre de Kippour et vu par ses compatriotes comme le «héros de la guerre d'octobre 73». En 1975, il devient le vice-président d'Anouar el Sadate, auquel il succède quand ce dernier est assassiné par des islamistes en octobre 1981. Hosni Moubarak restera obsédé durant tout son mandat par la menace islamiste.  Il sera d'ailleurs la cible d'au moins six tentatives d'attentats au cours de sa présidence.

Sa première priorité sera de ramener l'Egypte dans le giron arabe, dont elle avait été écartée, après que Sadate avait signé la paix avec Israël. L'Egypte réintègrera officiellement la Ligue Arabe en 1989. Mais Moubarak veille aussi à ne pas perdre le soutien des Etats-Unis, qui passe par le maintien du traité avec Israël. C'est ainsi qu'il instaure une paix a minima, respectant à la lettre les clauses du traité, mais sans jamais encourager le rapprochement entre les deux peuples. 

Hosni Moubarak le pragmatique, s'investit aussi dans le processus de négociation israélo-palestinien. C'est lui qui pousse - littéralement – Yasser Arafat à signer le deuxième volet des accords d'Oslo, lors de la cérémonie du Caire en septembre 1995.

A l'intérieur, le président égyptien renforce un régime qui devient de plus en plus dictatorial, tout en poussant le libéralisme économique. Il est régulièrement reconduit dans ses fonctions par une majorité de 90% des suffrages. Il se maintiendra au pouvoir jusqu'au soulèvement de janvier 2011. Un million d'Egyptiens manifestent sur la place Tahrir du Caire et forcent Moubarak à la démission quelques semaines plus tard.

L'ancien président est ensuite arrêté et traduit en justice pour corruption et pour la mort de 850 manifestants durant les émeutes de 2011. Ce qui lui vaudra une condamnation à perpétuité. Mais le renversement des Frères Musulmans et du président Morsi par le maréchal al Sissi, lui permettra d'obtenir l'acquittement en 2017. C'est l'actuel président al Sissi, qui a ordonné des funérailles nationales pour Hosni Moubarak. 

Powered by Edreams Factory