Default profile photo

05 Août 2020 | 15, Av 5780 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Chabbat Ekev : 21h01 - 22h12

Rubrique France/Politique

Premier tour du 15 mars : Dernière ligne droite avant les municipales

Elire son maire, c’est faire confiance à quelqu’un qu’on connaît. En matière de vote, la communauté juive est diverse et diversifiée. Comment faire son choix ? Nous sommes allés à la rencontre de candidats engagés dans la vie associative et communautaire qui font en même temps campagne pour les municipales.

Ainsi Daniel Sperling. Il a créé la Radio Juive de Marseille et est l’adjoint du maire Jean-Claude Gaudin. Il se présente dans les 9e et 10e arrondissements dans un contexte où la droite est divisée et où le RN talonne les Républicains, lesquels ont désigné Martine Vassal pour succéder au maire historique de cette ville multiculturelle. 

Ce haut fonctionnaire de l’administration territoriale, plus jeune élu au Consistoire de France et président du CRIF de Marseille entend lutter contre l’antisémitisme sur les réseaux sociaux : « La communauté juive se sent menacée, nous avons beaucoup de départs vers Israël, déplore-t-il, mais malgré tout il faut continuer le combat sur place. Et pour lutter contre l’insécurité, on s’appuie beaucoup sur la police nationale et municipale qui travaillent en étroite collaboration avec le BNVCA ».

Karen Taïeb, tête de liste sous la bannière socialiste, qui se présente dans le 17e arrondissement de Paris a également à son actif une vie militante associative conséquente. Avec son mari Gil Taïeb, ils ont lancé des opérations pour aider les communautés juives éthiopiennes et russes d’Israël et c’est avec le festival culturel « Onze Bouge » qu’elle s’est fait connaître dans le 11e arrondissement, à l’époque où la mairie de Paris était dirigée par Bertrand Delanoé. Karen Taïeb défend le bilan d’Anne Hidalgo : « Les chiffres sont là, explique-t-elle, depuis qu’elle est maire de Paris, la pollution a diminué de 15% et le nombre de voitures dans Paris a reculé de 17% ». Avec une vie bien remplie, cette bénévole au FSJU, ambitionne d’être une élue pour tous les Parisiens. Elle veut croire à un basculement dans le 17e arrondissement qui vote traditionnellement à droite.

Pour Jérémy Redler, premier adjoint au maire du 16e arrondissement de Paris et 5e sur la liste conduite par Francis Szpiner (LR) qui succédera peut-être à Claude Goasguen, la campagne s’annonce assez facile si l’on en croit les sondages qui placent Rachida Dati en tête. « Avec Claude Goasguen, on soutient Israël depuis de longues années. La mairie du 16e a été la première à afficher le portrait de Gilad Shalit et à sa libération, nous avons tous deux reçu le Prix de Jérusalem ». Son ambition pour les juifs du 16e est qu’ils continuent à vivre paisiblement dans ce quartier avec le projet d’un nouveau collège et un lycée pour la communauté.

Caroline Yadan Pesah, quant à elle, se présente sur la liste de Pierre-Yves Bournazel LREM dans le 18e arrondissement de Paris. Elle a fait de la lutte contre l’antisémitisme son combat. Cette avocate, responsable du pôle antisémitisme au cercle de réflexion de la LICRA, est également secrétaire générale de Connec’Sion qui lutte contre le BDS et travaille également avec ELNET. Elle défend fermement Emmanuel Macron : « C’est le seul avec Manuel Valls qui a clairement déclaré que l’antisionisme, c’est de l’antisémitisme ».

Powered by Edreams Factory