Default profile photo

06 Juin 2020 | 14, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Béhaalotékha : 21h36 - 23h01

Rubrique Judaïsme

Pourim

La fête de Pourim : Hasard ou nécessité ?

(DR)

Assuérus, roi de Perse, manipulé par son premier ministre Haman, marque de son sceau, le décret d’extermination du peuple juif habitant dans les 127 provinces de l’Empire. C’est par tirage au sort que Haman a déterminé la date de l’anéantissement.

« Au premier mois, mois de Nissan, la douzième année du règne d’Assuérus, on consulta le « pour » c'est-à-dire le sort, devant Haman, en passant d’un jour à l’autre, et d’un mois à l’autre jusqu’au douzième mois qui est le mois d’Adar » (Esther 3, 7). Haman entend utiliser la notion de hasard pour s’attaquer aux juifs de l’empire comme si la vie du peuple juif relevait de l’accidentel, du ponctuel, comme si le monde effaçait d’un trait tout ce que la civilisation juive avait apporté au monde. Haman avait dit au roi : « Cela ne vaut pas le coup de les laisser[en vie] ». Si le hasard signe sa fin, c’est que c’est aussi le hasard qui l’a mis au monde. Au tirage au sort, un jour en vaut un autre sans qu’aucune signification ne puisse être donnée. Histoire de probabilité où l’histoire relate que la Révélation divine aurait pu ne pas être écrite, clame Haman. Le juif, produit du hasard, sera retranché par le hasard. C’est l’histoire inventée par Haman. Hasard, tous ces bienfaits apportés par notre tradition à l’humanité ? Hasard les principes de dignité, de libre arbitre, de combat contre l’injustice et le mensonge ? Hasard toutes ces lumières et ces écrits sacrés qui ont prodigué, à l’humanité entière, espérance et courage dans un univers souvent hostile ? Hasard que cette haine portée aux nôtres depuis toujours ?

Et Haman se réjouit car il apprend que le mois d’Adar est le mois où Moché, le grand prophète des juifs, a quitté ce monde. Préfiguration heureuse de la disparition des juifs ! La Guemara de Méguila (13b) rappellera que Haman ignore qu’en ce même mois, Moché est né ! Il ignore les ressources morales et spirituelles d’un peuple qu’il déteste ; ces ressources qui lui permettent de renaître. Quand Moché a quitté ce monde, il est aussi resté en ce monde, trace de sa naissance et de son existence se déployant sur toutes les générations. Haman ignore le secret de l’éternité d’Israël, il veut ignorer que le tombeau de Moché est inaccessible car Moché est mort seulement pour un regard de chair.


Haman entend utiliser la notion de hasard pour s’attaquer aux juifs de l’empire comme si la vie du peuple juif relevait de l’accidentel

A l’occasion des événements de Pourim, nous dit la Guemara, les juifs ont accepté de nouveau et dans la joie, la Torah, c'est-à-dire un mode de vie où rien n’est laissé au hasard ; Loi où tout est réfléchi, Loi qui invite à agir en toute prudence morale, en conformité avec ce qui nous est demandé. Auparavant, cette Torah avait été donnée, au Sinaï, sous un effet de contrainte car précisément, son acceptation ne pouvait pas dépendre d’une hasardeuse bonne volonté puisque la Torah est intrinsèquement une nécessité pour le monde.

C’est au mois de Nissan que Haman a tiré le sort. Nissan vient du mot « ness », miracle. Le prodige qui se produit au moment opportun est un anti-hasard. Ce mois de Nissan qui a vu la naissance du peuple hébreu, avec la sortie d’Egypte, est appelé à être celui de cette délivrance si nécessaire. 

Powered by Edreams Factory