Default profile photo

29 Mai 2020 | 6, Sivan 5780 | Mise à jour le 28/05/2020 à 09h56

1er jour de Chavouot : 21h25 - 22h48

Rubrique Israël

Une semaine critique

Barrages policiers aux abords de Bné-Brak où un couvre-feu quasi-total est imposé dès aujourd'hui

Dans quelques jours ce sera Pessah. Une fête qui traditionnellement se célèbre par un Seder en famille et qui requiert d'importantes préparations.

Ce que redoutent les autorités sanitaires c'est que les israéliens relâchent leur vigilance ces jours-ci pour aller faire des courses et qu'il y ait donc trop de mouvement dans les rues et auprès des supermarchés. D'autre part, ils craignent aussi que les familles ne se rassemblent contrairement aux directives. Notamment dans les villes et quartiers ultra-orthodoxes du pays. Aujourd'hui le premier foyer de contamination au Covid-19 est la ville de Bné Brak, en banlieue de Tel-Aviv. Ces deux derniers jours 1623 habitants ont été diagnostiqués porteurs du virus et les autorités estiment que 75000 habitants sur les 200000 sont infectés. Une ville qui n'a pas respecté les mesures de confinement dès qu'elles ont été imposées. D'une part car une partie de ses habitants n'étaient pas suffisamment au fait du danger. Et là les autorités sont montrées du doigt. Elles n'ont pas fait leur travail d'information dans une localité où les télés sont rares et où les familles ne sont majoritairement pas connectées à Internet. Ni les hommes d'affaires de cette ville, très influents, eux cependant connectés à Internet et donc au fait de la situation. Ils auraient manipulé la population afin de ne pas risquer l'arrêt de l'activité économique et commerciale et ont omis sciemment d'avertir du danger. De ce fait, le gouvernement a adopté hier le bouclage total de cette ville à partir de ce soir. Pour une semaine renouvelable. 1000 policiers ont été déployés aux entrées et sorties de la ville pour limiter les déplacements mais aussi dans les rues pour faire respecter les mesures et aider au transfert des malades. Un bouclage qui devrait faire réagir les mouvances les plus radicales. Comme celle dite de Jérusalem. Cependant d'après le ministère de la santé, on constate une amélioration de la discipline à Bné Brak mais aussi à Mea Shéarim, le quartier très religieux de Jérusalem. Les autorités d'un côté font un travail d'information notamment via les rabbins et de l'autre réprimandent ceux qui enfreignent le confinement en distribuant des contraventions. Cependant d'aucuns aujourd'hui dénoncent un gouvernement qui n'a rien fait pour venir en aide à la ville de Bné Brak depuis des années ni pour améliorer ses infrastructures ou encore ses logements souvent exigus et qui ne répondent pas aux besoins des familles très nombreuses dans ce secteur.

Powered by Edreams Factory