Default profile photo

05 Juin 2020 | 13, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Nasso : 21h31 - 22h56

Rubrique Israël

C'est parti pour le 35ème gouvernement !

Après 18 mois de chaos politique, et trois élections, le 35ème gouvernement de l'Etat d'Israël prêtera serment ce soir.

Benjamin Netanyahu a en effet annoncé hier à Reuven Rivlin qu'il était en mesure de présenter un gouvernement. Ce sera une coalition d'union nationale. La plus étendue coalition de l'histoire d'Israël. 34 ministres dans un premier temps et 36 dans 6 mois. Un nombre de ministre vivement décrié par l'opposition mais aussi par l'opinion publique en ces temps de grave crise économique due à la pandémie. En fait il a fallu contenter tous les partis qui y siègeront et ce ne fut pas une tache facile. Likoud et Kachol Lavan bien sûr, mais aussi les deux partis ultra orthodoxes, Shass et Yaadout Atora, les travaillistes, Derech Eretz fondée par deux dissidents de Kachol Lavan et Gesher. Yamina codirigée par Ayelet Shaked et Naftali Bennett sera dans l'opposition sauf surprise de toute dernière minute. Le bloc de droite est donc disloqué, ce qui ne réjouit pas Netanyahu. Mais apparemment Yamina n'entendait pas être un simple pion au sein de la prochaine coalition mais une pièce centrale. Aujourdhui à 18 heures s'ouvrira une séance exceptionnelle à la Knesset sous la houlette de Yarin Levin du Likoud qui devient président de l'hémicycle. Les députés procèderont au vote de confiance dans le nouveau gouvernement et si la majorité la lui accorde, alors les ministres seront assermentés. Israël aura enfin un gouvernement. Cependant demeure la menace de la Cour Suprême qui pourrait s'immiscer ces prochaines semaines et contester certains paragraphes des accords de coalition qui iraient, selon leur jugement, à l'encontre des lois fondamentales du pays, des lois qui valent pour constitution. S'il s'agit uniquement de réserves sur des clauses techniques alors Netanyahu et Gantz devraient apporter les modifications exigées, mais si la Cour remet en cause des paragraphes sur la rotation sur le fauteuil de 1er ministre ou celui lié à la commission de nomination des juges à laquelle ne siègera, et ce pour la première fois, aucun membre de l'opposition, le Likoud pourrait annuler l'accord et alors Israël retournera aux urnes pour la 4ème fois en un peu plus d'un an.

 

Powered by Edreams Factory