Default profile photo

18 Novembre 2017 | 29, Heshvan 5778 | Mise à jour le 17/11/2017 à 12h11

25 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h43 - 17h53

Judaïsme

Adolescent cherche repère désespérément

Partagez sur

N’étant pas psychanalyste, je ne m’arrêterai pas sur le titre de cet article, et sur la présence – à deux reprises – du mot “père”, mais j’y vois néanmoins un lien avec ce qui est en train de devenir, aujourd’hui, l’un des problèmes les plus complexes de notre communauté : les adolescents.
Bien sûr, me direz-vous, l’adolescence a toujours été une période difficile. Françoise Dolto, dans sa théorie du homard, l’explique fort bien : à un moment de son existence, le homard perd sa carapace. Il est alors très vulnérable, à l’image de cet enfant dans un corps d’adulte qui n’a ni la maturité de celui-ci ni la tendresse de l’enfance pour se sentir protégé. Il est intéressant de relever aussi que la Torah, pour désigner l’adolescent Yossef, souligne l’importance qu’il donne à son aspect « esthétique ».
L’adolescent en hébreu se dit « na'ar » qui signifie aussi « agiter ». Ce que laisse entrevoir la définition, c’est qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de ces turbulences liées à cette période de l’existence, qui seront plus ou moins intenses selon les enfants.
Le problème sans doute plus important est l’absence de modèles qui permettront, au sortir de l’adolescence, de se positionner clairement sur un choix de vie. Le futur adulte va devoir apprendre à faire des choix, à suivre une direction dans laquelle les mots, effort, rigueur, dépassement de soi, limites, vont être capitaux.
Où en sommes-nous, nous, les adultes, face à ces concepts ? A quelles exigences, à quels efforts nous sommes-nous astreints pour créer une harmonie réelle – et non point factice – dans nos familles ? Avons-nous des buts réels qui ne sont pas dictés par notre entourage ou par le système ambiant ? Savons-nous nous remettre en cause afin de prendre de nouvelles directions ? Le monde scolaire nous offre des images édifiantes avec des enseignants parfois merveilleux – mais aussi parfois terriblement rigides, n’essayant même pas d’imaginer une nouvelle stratégie pour intéresser leurs élèves. Ce qui a parfois pour conséquences que la Torah devient le parent pauvre des matières enseignées dans une école juive !
Dépêchons-nous, car l’urgence est là ! Nos ados errent, n’ayant face à eux pour faire des efforts que le spectre des examens à réussir.
Le rav Dessler nous apprend que chacun de nos choix personnels a un retentissement sur nos proches – et de manière plus générale sur la totalité du peuple juif. Or souvent, nous nous contentons d’être dans la continuité d’un vécu qui nous satisfait, sans imaginer qu’un autre choix nous aurait peut-être mieux fait grandir. Car quand on se contente de choix factices en adhérant à un système X ou Y, quand nous nous positionnons en étant « pour » ou « contre » certains individus ou certains systèmes, ces choix nous transforment-ils réellement ? Exigent-ils d’authentiques remises en cause et de véritables transformations, surtout dans le domaine du travail sur notre caractère ?
Le monde adulte devient repère dès lors qu’il prouve sa capacité à se mettre en mouvement. Le parent devient repère quand il démontre à travers sa manière d’être que le mot effort n’est pas simplement un concept, mais une réalité observable.   
L’enseignant, le rabbin deviennent repères quand ils sont capables de ne pas juste être là pour dicter leur savoir, mais avant tout pour offrir une écoute à ceux qui, à travers leurs provocations et leur impertinence, démontrent le besoin d’être écoutés, tout simplement.

Rav Elie lemmel
Directeur de l’Association lev
La Maison de la Famille et lamed.fr

Partagez sur
Réagir

Aucun commentaire pour l'article "Adolescent cherche repère désespérément"

Powered by Edreams Factory