Default profile photo

16 Mai 2021 | 5, Sivan 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique France/Politique

L’antisémitisme a doublé en 2014

Répartition mensuelle des actes antisémites recensés en France en 2013 et 2014.

Le rapport du SPCJ publié mardi 27 janvier 2014 indique que le nombre d’actes antisémites a doublé en 2014, avec une nette augmentation des violences.

Avec les « Mort aux juifs » du « Jour de colère » et les manifestations antisionistes dégénérant en attaques de synagogues, le climat de l’année 2014 fut à l’antisémitisme. Diffusés peu avant la venue du Président François Hollande au Mémorial de la Shoah pour les commémorations de la libération du camp d’Auschwitz, les chiffres de l’antisémitisme en France en 2014 ont donc, sans surprise, montré « un accroissement très important et très préoccupant », selon les termes du communiqué du Crif.

De 423 en 2013, ils sont passés à 851 en 2014, soit le double. Alors que la communauté juive ne représente que 1% de la population nationale, les actes à caractère antisémite constituent la moitié des actes racistes. Dans le détail de ce rapport s’appuyant sur les chiffres du ministère de l’Intérieur, c’est Paris qui a recensé le plus grand nombre d’actes antisémites (154) quand une ville comme Nice en compte moins que Sarcelles ou Villeurbanne.

Plus grave encore, c’est la très nette augmentation des violences physiques (+130%) qui interpelle le Crif, « cette radicalité croissante qui fait qu’on passe de l’insulte à la violence, de la violence au terrorisme. » Son président, Roger Cukierman, a fermement indiqué que « la quasi-totalité des actes était commise par des jeunes Musulmans, issus d’une communauté où les préjugés antisémites sont désormais très ancrés. »

L’année 2015 a commencé avec la tuerie de l’Hypercacher.

Powered by Edreams Factory