Default profile photo

16 Mai 2021 | 5, Sivan 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Monde juif

Une lettre inédite de Primo Levi sur la Shoah dévoilée

Le quotidien israélien Haaretz publie aujourd'hui une correspondance entre l'auteur de "Si c'est un homme" et une jeune fille italienne.

C’est une information extraordinaire que relaie le journal israélien Haaretz en ce jour de commémoration du 70e anniversaire de la Libération du camp d’Auschwitz : la révélation d’une correspondance entre une jeune fille âgée de 11 ans, Monica Perosino et le romancier italien, rescapé de la Shoah, Primo Levi. Monica Perosino, qui a a aujourd’hui 43 ans, a choisi de divulguer le contenu de cette missive plus de trente ans après les faits dans un journal italien, La Stampa.

Primo Levi qui fut déporté à Auschwitz de février 1944 jusqu’à la libération du camp, le 27 janvier 1945 et dont le témoignage est devenu un classique de la littérature a été lu par sa jeune compatriote. Elle fut alors choquée par la brutalité des mots… C’était en 1982, et Monica Perosino, recherchant les coordonnées de l’écrivain dans l’annuaire lui adresse une lettre comportant deux questions : Pourquoi personne n’a fait quoi que soit pour arrêter le massacre ? Et les Allemands sont-ils le mal ?

Surpris par ce questionnement, Primo Levi décida de lui répondre. Et de lui dire qu’il s’agissait d’un non-sens d’accuser la nation allemande de cruauté même si la majorité des Allemands a accepté Hitler en votant pour lui, l’admirant et l’approuvant. Par ailleurs, nombre d’entre eux étaient au courant de la Shoah et qu’il préférait les accuser d’indifférence et d’égoïsme.

Powered by Edreams Factory